Santé: Barrette exige des résultats, sous peine de sanctions

Le ministre Barrette a mentionné que le travail qui... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le ministre Barrette a mentionné que le travail qui s'en vient est «gigantesque». «Socialement, la croissance des dépenses en santé n'est plus soutenable», dit-il.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, était de passage ce matin au congrès de l'Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux (AQESSS). Devant une foule de gestionnaires du réseau, le nouveau ministre a été très clair: les acteurs du milieu de la santé, dont les médecins, devront offrir des résultats, sous peine d'être sanctionnés.

«Je vous donne un exemple. Les contrats de GMF (groupe de médecine de famille) qui ne sont pas honorés... il y aura des conséquences», a déclaré le ministre.

M. Barrette n'a pas donné de détails sur comment il coupera les 900 millions dans le budget de 30 milliards de la santé.

«Je ne ferai aucune annonce d'avance sur la place publique. Ça se fera en temps opportun», a dit M. Barrette. Il a toutefois précisé que pour l'instant, aucune coupure de service n'est prévue. 

Tous les programmes du réseau seront «analysés pour être plus efficients». M. Barrette a par exemple mentionné que des appareils d'échographie doivent traiter 25 patients par jour, «pas dix».

«Socialement, la croissance des dépenses en santé n'est plus soutenable.»

Gaétan Barrette

Le ministre a mentionné que le travail qui s'en vient est «gigantesque». «Socialement, la croissance des dépenses en santé n'est plus soutenable», dit-il.

Selon M. Barrette, tous les acteurs du réseau devront mettre la main à la pâte. Les médecins ne seront pas épargnés. «Tout le monde dans le réseau aura des responsabilités. Incluant les médecins (...) je serai intraitable».

Le financement à l'activité sera implanté à promis M. Barrette.

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens, le Dr Louis Godin, croit lui aussi que les contrats de GMF doivent être respectés. «Mais ça doit l'être des deux côtés», a-t-il dit. Par exemple, les établissements qui promettent des infirmières aux GMF doivent honorer leurs engagements.

Le président du conseil d'administration de lAQESSS, Michel Gervais, s'est dit «prêt à travailler» avec le nouveau ministre. Il espère toutefois que Québec «laissera diriger» les gestionnaires du réseau. «On doit fournir 237 rapports par année. Cessons ça. Donnons-nous des cibles claires. Mais laissons les gens diriger», dit-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer