• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Le futur ministre de la Santé aura une obligation de résultats, dit Paul Brunet 

Le futur ministre de la Santé aura une obligation de résultats, dit Paul Brunet

Le réseau public souffre de l'alourdissement de son... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Le réseau public souffre de l'alourdissement de son organisation et du dysfonctionnement de ses nombreux paliers décisionnels, dit le président du Conseil pour la protection des malades.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le Conseil pour la protection des malades (CPM) fête ses 40 ans en lançant un cri du coeur pour l'amélioration des soins dans le réseau public au Québec.

Malgré des avancées importantes et l'amélioration générale des services au cours des quatre dernières décennies, le Conseil dresse un bilan mitigé de la situation du réseau.

Le président du Conseil, Paul Brunet, a soutenu mercredi que le prochain ministre de la Santé aura une obligation de résultat. Selon lui, trop d'acteurs du réseau et trop de rapports ont démontré que des correctifs doivent être apportés pour améliorer l'efficacité du réseau de santé.

M. Brunet affirme que des pistes intéressantes ont été amenées par certains partis politiques lors de cette campagne, notamment au chapitre de l'accès aux soins de santé avec des CLSC ouverts sept jours par semaine et un véritable allègement des structures.

À l'heure actuelle, M. Brunet estime que le réseau se nourrit lui-même et détourne des sommes qui devraient être investies auprès des patients.

Il ajoute que le réseau public souffre de l'alourdissement de son organisation et du dysfonctionnement de ses nombreux paliers décisionnels.

«On a l'impression que le réseau se sert lui-même. Des fois on dirait qu'il n'a même pas besoin d'un ministre de la Santé. Et quand il y a de la place et un peu d'argent, on pense aux patients», dénonce M. Brunet.

Selon le Conseil, c'est toute l'organisation du réseau public qui doit être revue en profondeur.

Parmi les mesures proposées par les partis, le conseil dit appuyer l'objectif du Parti Québécois d'obtenir un médecin de famille pour tous d'ici 2016 et de bonifier le réseau des groupes de médecine familiale; il souligne l'idée de Québec solidaire de rouvrir les CLSC et d'élargir la plage horaire des services et encourage aussi le Parti libéral dans sa promesse de revoir l'organisation des soins de santé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer