• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Itinérance: un projet de soutien dort sur une tablette, selon des médecins 
Exclusif

Itinérance: un projet de soutien dort sur une tablette, selon des médecins

Un projet visait à offrir aux sans-abri des... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Un projet visait à offrir aux sans-abri des soins, un logement et un suivi psychiatrique. Il prévoyait l'embauche de quatre psychiatres et d'une vingtaine de professionnels pour suivre un bassin de population de 700 à 1000 personnes.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Annabelle Blais
La Presse

Un ambitieux projet de prise en charge de 700 itinérants de Montréal demeure sur les tablettes depuis deux ans, déplorent ses auteurs.

Le projet du département de psychiatrie du CHUM (Centre hospitalier de l'Université de Montréal) et du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Jeanne-Mance était prêt à être implanté rapidement. Deux ans plus tard, des médecins attendent toujours le feu vert de l'agence de santé de Montréal.

Ce projet visait à offrir aux sans-abri des soins, un logement et un suivi psychiatrique. Il prévoyait l'embauche de quatre psychiatres et d'une vingtaine de professionnels pour suivre un bassin de population de 700 à 1000 personnes. Son coût était évalué à 10 millions de dollars par année.

Selon le chef du département de psychiatrie du CHUM, le Dr Paul L'Espérance, et le chef adjoint du département de psychiatrie du CHUM pour la psychiatrie urbaine, le Dr Olivier Farmer, le projet n'a pas été appliqué, bien que l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal prétende avoir mis en place plusieurs des mesures proposées.

«C'est la façon pour l'agence de dire "on fait quelque chose", mais c'est jeter de l'argent par les fenêtres», dit le Dr L'Espérance.

Le plan proposait aussi d'ouvrir au moins 10 lits destinés aux sans-abri qui seraient regroupés à l'hôpital Notre-Dame pour une hospitalisation de durée moyenne (30 jours).

«C'est un endroit de transition pour rester, dormir et avoir accès aux médecins, et ça serait une partie du remède à la garde des hôpitaux», a expliqué le Dr Farmer, qui a fait partie du comité de travail.

Le Dr Farmer croit que la mise en place de programmes il y a deux ans aurait permis de mettre fin progressivement à la garde alternée des hôpitaux. Depuis 2009, en vertu de ce système, chaque hôpital de Montréal accueillait à tour de rôle les sans-abri souffrant de troubles mentaux. Ce système a subitement été aboli la semaine dernière, à 24 heures d'avis. Le CHUM craint maintenant un débordement de ses urgences. «C'est le moins mauvais des systèmes, on veut tous qu'il arrête, mais le problème est de l'arrêter d'un coup sans compenser», déplore le Dr L'Espérance.

«Il aurait fallu faire le contraire, ajoute le Dr Farmer. Mettre en place les services extérieurs, les lits d'hospitalisation, et ensuite arrêter la garde alternée.»

Le projet de service adapté aux itinérants avait été présenté en avril 2012, puis l'Agence a demandé que l'aspect logement soit retiré, a indiqué le Dr Farmer.

«On a dit à l'Agence que même s'il y a un service de soins intégré, si rien n'est fait pour le logement, le système sera moins efficace», précise le Dr L'Espérance. Le CHUM a toutefois accepté de l'exclure et a présenté son échéancier le 9 mai. Le CHUM était prêt à démarrer progressivement dès l'automne 2012.

Réponse de l'Agence de la santé et des services sociaux

Interrogée par La Presse sur l'application du plan, l'Agence a d'abord indiqué qu'il était sous évaluation, avant de souligner que plusieurs mesures ont été prises depuis 2012. Par exemple, une infirmière assure maintenant une liaison pour itinérants avec la Mission Old Brewery. Une équipe de soutien aux urgences psychosociales au CSSS Jeanne-Mance, en collaboration avec le SPVM, a aussi été créée.

«C'est faux de dire que rien n'a bougé depuis deux ans, affirme Jason Champagne, adjoint à la directrice des services généraux et programmes spécifiques au CSSS Jeanne-Mance. Mais le projet d'ensemble, on y croit toujours et on attend encore des réponses. Pour le moment, ce n'est pas encore à la hauteur de nos attentes.»

«L'Agence demeure ouverte à s'inspirer de certains autres volets du projet du CHUM et du CSSS Jeanne-Mance, au même titre que des autres projets qui ont été déposés au cours des dernières années», a fait savoir Geneviève Bettez, des relations médias à l'Agence de Montréal.

Mais le problème demeure: en ayant recours à des solutions à la pièce, on n'adopte pas une vision d'ensemble de la problématique, répliquent les médecins.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer