• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Le commissaire à la santé suggère la gratuité des visites chez le psychologue 

Le commissaire à la santé suggère la gratuité des visites chez le psychologue

Le coût des visites chez le psychologue devrait être acquitté avec la carte... (PHOTO FOURNIE PAR PHOTOS.COM)

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR PHOTOS.COM

Partager

Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le coût des visites chez le psychologue devrait être acquitté avec la carte d'assurance-maladie, selon le commissaire à la santé et au bien-être, Robert Salois.

L'idée n'est pas farfelue et fera l'objet d'une analyse sérieuse, a promis le ministre de la Santé, Réjean Hébert, en réagissant au rapport annuel du commissaire déposé mercredi à l'Assemblée nationale et consacré exclusivement à la santé mentale.

Cependant, inclure les psychothérapies au panier de services couverts par l'assurance-maladie représenterait un coût élevé pour l'État, reconnaît le commissaire, qui préfère voir la dépense additionnelle comme un investissement à long terme, voire une façon d'améliorer la performance du réseau.

«L'accès universel à la psychothérapie pour un trouble mental fait partie de notre recommandation au ministre de la Santé», a fait valoir M. Salois, en conférence de presse. Il note qu'à l'heure actuelle les plus fortunés ont les moyens de se payer un psychologue, tandis que d'autres doivent s'en passer.

«La psychothérapie demeure inaccessible financièrement pour une grande partie de la population qui pourrait pourtant en bénéficier», déplore-t-il, donnant en exemple des pays comme l'Australie et l'Angleterre.

Malgré les coûts importants qu'elle engendrerait, la mesure s'autofinancerait, selon M. Salois, par la réduction des coûts médicaux associés aux troubles mentaux et une augmentation de la productivité.

«Ce n'est pas une demande banale», a dit le ministre Hébert, en point de presse, conscient qu'un tel élargissement du panier de services couverts aurait des «incidences financières extrêmement importantes» pour l'État.

Il demandera donc à l'Institut national d'excellence en santé et services sociaux (INESSS) de lui fournir une analyse coûts-bénéfices de cette proposition, afin de «prendre une décision éclairée».

De façon plus générale, les problèmes de santé mentale ont pris une telle ampleur qu'ils devraient être hissés au rang des priorités d'intervention du gouvernement en santé, conclut M. Salois, après avoir analysé la question sous tous ses angles dans un rapport de 180 pages.

À l'heure actuelle, la santé mentale est le parent pauvre du système.

«Si cela ne devient pas une priorité, les systèmes de santé, associés avec les autres maladies chroniques, ne suffiront pas à la tâche», selon M. Salois.

Quant aux différentes clientèles, M. Salois demande au gouvernement de mettre l'accent sur les services offerts aux jeunes, en termes de dépistage précoce et de traitement, puisque 80 pour cent des troubles mentaux apparaissent avant l'âge de 25 ans, la moitié avant l'âge de 14 ans. De crainte d'être stigmatisés, les jeunes ont l'habitude de ne pas consulter.

M. Salois rappelle que selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) la dépression est en passe de devenir la principale cause de morbidité, d'ici 2030. La dépression est associée à la moitié des cas de suicide.

Une personne sur cinq est susceptible d'être atteinte d'un trouble mental au cours de sa vie.

Le taux de mortalité par suicide (12,5 par 100 000 habitants en 2009) est plus élevé au Québec que dans le reste du Canada (10,7), mais la tendance est à la baisse.

Le commissaire recommande aussi que Québec rehausse le financement des 420 organismes communautaires qui viennent en aide aux personnes souffrant de troubles mentaux.

Le ministère de la Santé devrait aussi compléter le réseau des équipes de santé mentale de première ligne et des guichets d'accès, de façon équitable et dans toutes les régions du Québec.

Le Québec compte déjà, proportionnellement, le plus grand nombre de psychologues au Canada, soit 95 pour chaque tranche de 100 000 habitants. Il y en a environ au total 8500.

Pour rédiger son rapport, le commissaire, qui est indépendant du gouvernement, a rencontré quelque 250 experts et intervenants en santé mentale, de même que de nombreux organismes oeuvrant en ce domaine.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer