Feu vert à un projet majeur d'exportation de gaz naturel

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, et le... (PHOTO PC)

Agrandir

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, et le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, lors d'une conférence de presse à Richmond, en Colombie-Britannique.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet de 36 milliards de dollars de GNL Pacific NorthWest qui prévoit la construction d'un gazoduc et de terminaux pour l'exportation de gaz naturel liquéfié sur la côte ouest canadienne a été approuvé mardi soir par le gouvernement Trudeau.

Ce projet majeur qui devrait entraîner la création de 4500 emplois en Colombie-Britannique était décrié par des Premières Nations et des groupes environnementaux en raison des importantes émissions de gaz à effet de serre qu'il devrait générer. 

Jusqu'à 20,5 millions de tonnes par année de gaz naturel liquéfié seront produits, puis exportés pendant plus de 30 ans par le projet du géant malaisien Petronas. L'entreprise devra ainsi respecter près de 200 conditions imposées par les autorités pour réduire les impacts du projet sur l'environnement. Un plafond des émissions annuelles de gaz à effet de serre sera notamment mis en place, une première. 

«Pour acheminer les ressources vers les marchés au vingt-et-unième siècle, il est essentiel de le faire de façon responsable et durable. Cette décision respecte ce principe. [...] Je suis persuadée que nous minimiserons les impacts environnementaux du projet et ferons en sorte qu'il soit réalisé de la manière la plus durable possible», a déclaré la ministre de l'Environnement Catherine McKenna.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer