Tuerie à Fredericton: l'enquête sera «complexe», prévient la police

Un mémorial improvisé a été érigé devant le... (Photo Andrew Vaughan, La Presse canadienne)

Agrandir

Un mémorial improvisé a été érigé devant le quartier général de la police de Fredericton à la suite de la tuerie ayant fait quatre morts vendredi.

Photo Andrew Vaughan, La Presse canadienne

(FREDERICTON) La police de Fredericton a finalement dévoilé samedi le nom de l'homme accusé d'être l'auteur de la tuerie qui a fait quatre morts vendredi dans un quartier tranquille de la capitale du Nouveau-Brunswick, ainsi que l'identité des deux victimes civiles.

Donnie Robichaud... (Photo fournie par la famille/La Presse canadienne) - image 1.0

Agrandir

Donnie Robichaud

Photo fournie par la famille/La Presse canadienne

Mais 36 heures après le drame, une question essentielle demeure : pourquoi Matthew Vincent Raymond, 48 ans, aurait-il tué à 7 h du matin Donnie Robichaud, 42 ans, et Bobbie Lee Wright, 32 ans, avant d'abattre les deux policiers dépêchés sur les lieux ?

« Ce sera aux enquêteurs de déterminer ce qui a mené à la fusillade de vendredi. Ce sera un processus complexe et complet », a prévenu samedi la chef de police de Fredericton, Leanne Fitch.

Matthew Vincent Raymond a été accusé de quatre chefs de meurtre au premier degré, c'est-à-dire avec préméditation et de propos délibéré. Mais les policiers n'étaient pas en mesure samedi d'indiquer le lien entre l'homme et les deux victimes civiles. Les policiers n'ont même pas voulu dire si Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright formaient un couple.

Sur son compte Facebook, Mme Lee Wright avait publié il y a à peine une semaine une notification indiquant qu'elle était en couple avec M. Robichaud. Leur relation semblait récente : plusieurs de leurs amis ont commenté qu'ils étaient surpris de l'apprendre.

Vendredi matin, vers 7 h, ils allaient faire de la tyrolienne, selon ce qu'a raconté l'ancienne conjointe de Donnie Robichaud à La Presse canadienne. Le couple était selon elle en train de ranger son matériel dans une voiture au moment du drame.

D'une fenêtre du troisième étage, le tireur a alors fait feu avec une carabine, a raconté le vice-chef de police, Martin Gaudet. Avertis des coups de feu, les policiers ont été dépêchés sur place.

À leur arrivée, les agents Robb Costello et Sara Burns ont aperçu les deux corps près de la voiture. Le tireur, toujours du troisième étage, selon M. Gaudet, les a atteints mortellement. « Les policiers se sont fait tirer ainsi. »

« J'AI LE COEUR BRISÉ »

Selon un ami de la famille Burns à qui La Presse a pu parler samedi, Sara avait travaillé dans la nuit de jeudi à vendredi. « Elle s'apprêtait à rentrer chez elle, elle avait fini sa journée, a raconté Brian Speight. Mais elle a choisi d'y retourner. Elle était passionnée par son travail. »

Cet ami de la famille est venu samedi sur sa Harley-Davidson visiter le lieu du crime. Il voulait « le voir de ses propres yeux ». « J'ai le coeur brisé pour son mari et ses trois garçons », a dit M. Speight.

La veuve de Robb Costello a quant à elle fait parvenir une déclaration aux médias.

« Robb était la personne la plus positive que j'aie jamais connue [...] À ma connaissance, il était le seul policier qui pouvait rédiger une contravention et recevoir un remerciement de la personne à qui il la remettait. »

- Jackie Steeves, veuve de Robb Costello

Quand la Force policière de Fredericton a appris que deux policiers avaient été touchés, le groupe tactique a été déployé. Ce n'est que deux heures plus tard que le suspect a pu être maîtrisé. Gravement blessé par des tirs de la police, Matthew Vincent Raymond a dû être transporté à l'hôpital.

L'homme de 48 ans, dont on ne sait à peu près rien, sinon qu'il est de Fredericton et qu'il habitait depuis peu dans l'immeuble d'habitation d'où il a tiré, doit comparaître le 27 août.

ATTENTION AUX CONJECTURES

La Force policière de Fredericton a mis plus de 24 heures avant de dévoiler l'identité du suspect et des deux victimes civiles. La chef de police a expliqué hier ce délai par la difficulté de joindre et de prévenir le plus proche parent des victimes.

« Je demande aux citoyens et aux médias de ne pas se lancer dans des hypothèses. S'il vous plaît, je ne peux pas assez insister : il ne faut pas se lancer dans des hypothèses, a prévenu fermement Leanne Fitch. S'il vous plaît, laissez nos enquêteurs faire leur travail et découvrir les faits qui doivent être découverts. »

La police n'a pas voulu dire samedi si la carabine du tireur était enregistrée ou non. Elle n'a pas voulu dire non plus si Matthew Vincent Raymond était connu des autorités.

La Force policière de Fredericton demande maintenant au public de lui envoyer d'éventuelles photos ou vidéos prises le matin du drame sur la promenade Brookside.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, sera à Fredericton aujourd'hui à l'occasion du défilé de la Fierté gaie.

Le maire de la ville de 58 000 habitants a expliqué qu'il tenait à ce que l'événement ait lieu malgré le drame. « Ce genre d'événement est important pour montrer qu'on existe encore en tant que communauté », a noté Mike O'Brien, maire de la municipalité.

« Il y a moyen de célébrer même au milieu d'un deuil. »




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer