Appel à une manifestation antiraciste sur le chemin Roxham samedi

Aaron Lakoff, représentant de Solidarité Sans Frontières... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Aaron Lakoff, représentant de Solidarité Sans Frontières

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Plusieurs organisations antiracistes et de solidarité envers les immigrants ont annoncé mercredi matin qu'elles participeront à une manifestation sur le chemin Roxham, en Montérégie, le 19 mai prochain. Cette annonce survient en réponse au groupe anti-immigration, Storm Alliance, qui prévoit de se rassembler à la frontière canado-américaine le 19 mai pour dénoncer l'immigration illégale vers le Canada.

« Nous aurons un message clair et simple : ouvrez les frontières, les réfugiés sont les bienvenus et il faut stopper l'extrême droite raciste au Québec », a déclaré le représentant de Solidarité Sans Frontières, Aaron Lakoff, dès l'entame de la conférence de presse.

L'appel des organisations antiracistes à une manifestation « festive, accueillante et familiale » vise avant tout à « empêcher le groupe Storm Alliance d'atteindre la frontière pour semer la peur et la haine envers les réfugiés », a-t-il renchéri.

Selon M. Lakoff, le Québec et le Canada devraient être des terres d'accueil avenantes pour les demandeurs d'asile, mais que, dans les faits, « la honteuse Entente sur les tiers pays sûrs décourage plutôt des milliers de migrants à venir au Canada. »

L'écrivaine et activiste montréalaise, Robyn Maynard, s'est jointe à M. Lakoff pour dénoncer qu'une majorité disproportionnée de réfugiés cherchant asile au Québec et au Canada sont des personnes de descendance africaine et que le Canada devrait honorer « la réputation qu'il s'est taillée à travers le monde pour sa tolérance raciale. »

Selon Mme Maynard, « la crise n'est d'ailleurs pas celle de gens traversant illégalement la frontière [canado-américaine], mais bien celle de l'abus des droits des demandeurs d'asile. »

Hisham Shaban, un réfugié palestinien de la bande de Gaza qui a dû effectuer un voyage de près de 7000 kilomètres avant de trouver refuge au Québec, a pour sa part confié que le poste frontalier canadien ait été particulièrement inhospitalier, le détenant pendant près de quatre mois « pour aucune raison » et le menaçant même de déportation.

Membre du Comité de la défense du droit au logement (POPIR), Olivier Prud'homme a également pris la parole pour rappeler que « le logement social doit être accessible à tous, quel que soit le statut d'immigration des migrants. » Selon M. Prud'homme, les personnes qui sont en situation irrégulière n'ont pas, à l'heure actuelle, accès à un logement décent.

Finalement, la représentante du Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHL), Amelia Orellana, a déclaré que les activités multinationales d'entreprises minières, forestières et hydroélectriques canadiennes sont responsables du déplacement forcé de milliers de gens à travers le monde. Elle déplore que ces personnes « ne puissent bénéficier de cette richesse qui, elle, n'a eu aucune difficulté à circuler au-delà des frontières sans visa ou passeport. »




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer