Un jeune Albertain condamné pour triple meurtre

Derek Saretzky...

Agrandir

Derek Saretzky

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bill Graveland
La Presse Canadienne
Lethbridge

Un Albertain qui avait déclaré à la police que le diable l'avait mené à tuer un père, sa petite fille et une dame, a été trouvé coupable de trois chefs de meurtre prémédité.

Derek Saretzky, 24 ans, a été accusé pour les meurtres de Terry Blanchette, de sa fille de deux ans Hailey Dunbar-Blanchette et d'une femme de 69 ans, Hanne Meketech, en septembre 2015.

Saretzky n'a laissé entrevoir que peu d'émotion lorsque le jury a rendu son verdict. Certains de ses amis pleuraient au fond de la salle de cour.

Le jury a eu besoin d'environ trois heures pour en arriver à cette décision. Un tel verdict entraîne automatiquement une peine de prison à vie.

Les meurtres se sont produits dans la petite communauté de Crowsnest Pass, dans le sud de l'Alberta, où Saretzky et ses victimes habitaient.

Deux des victimes de Derek Saretzky : Terry Blanchette... (PC) - image 2.0

Agrandir

Deux des victimes de Derek Saretzky : Terry Blanchette et sa fille Hailey Dunbar-Blanchette.

PC

La Cour a pu voir des vidéos montrant Derek Saretzky passer aux aveux et déclarer à la police avoir tué Mme Meketech - une amie de ses grands-parents - sur un coup de tête et parce qu'il ne croyait pas que qui que ce soit se préoccupait de son sort.

Cinq jours plus tard, M. Blanchette a été battu avant d'être égorgé dans la maison où il habitait avec Hailey. La petite fille a été enlevée de son berceau et tuée sur un terrain de camping.

La police a rapidement identifié Saretzky comme suspect.

Des similitudes entre le meurtre de M. Blanchette et celui de Mme Meketech ont mis la puce à l'oreille de la police. Saretzky a admis cet autre crime six mois plus tard.

Aucun réel motif n'est ressorti du procès et l'homme connaissait ses trois victimes.

Sa confession contenait des références à dieu et au diable.

Deux évaluations psychiatriques ont toutefois été effectuées et les deux ont conclu à l'absence de motifs lui permettant de plaider la non responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer