Inondations: «On n'a même pas le plan d'avoir un plan»

Le Québec est particulièrement mal préparé à faire... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Le Québec est particulièrement mal préparé à faire face aux inondations comparativement à l'Europe, aux États-Unis et même à d'autres provinces canadiennes, selon des experts.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Données éparpillées entre différents ministères, absence de plan d'action, manque de responsabilité : le Québec est particulièrement mal préparé à faire face aux inondations comparativement à l'Europe, aux États-Unis et même à d'autres provinces canadiennes.

C'est le message que lancent certains experts au moment où une partie du Québec a les pieds dans l'eau.

« Ailleurs, il y a des plans d'action pour les inondations. Ici, on n'a même pas le plan d'avoir un plan. Il n'y a pas d'imputabilité, personne n'est responsable », dénonce à La Presse Pascale Biron, professeure au département de géographie à l'Université Concordia et experte en hydrologie.

Mme Biron l'admet d'emblée : elle est une experte de la dynamique des rivières et non de la gouvernance. Mais en interagissant avec les divers acteurs du milieu de l'eau, elle en est venue à la conclusion qu'il y avait un problème au Québec.

« Je suis sur la ligne de front et je vois bien que ça ne fonctionne pas », dit-elle.

L'un des problèmes, selon elle, concerne la cartographie des zones inondables. En Angleterre, par exemple, n'importe quel citoyen peut se rendre sur un site web et savoir en quelques clics si sa maison ou celle qu'il songe à acquérir comporte un risque élevé, moyen ou faible d'être inondée.

La situation est très différente au Québec - et, dans ce cas précis, dans l'ensemble du Canada. Vendredi dernier, le professeur Daniel Henstra, de l'Université de Waterloo, en Ontario, a dévoilé un sondage montrant que seulement 6 % des propriétaires de maison canadiens qui vivent en zone inondable le savent. Pas moins de 90 % des propriétaires voudraient que cette information soit disponible publiquement.

Hier, le ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités, Amarjeet Sohi, a d'ailleurs demandé aux municipalités de publier leur historique d'inondations afin de mieux informer les citoyens.

ÉCARTÈLEMENT DES RESPONSABILITÉS

L'autre problème dénoncé par les experts est l'éparpillement des responsabilités. Dans chaque pays européen, la gestion des inondations est sous la responsabilité d'une agence spécifique. C'est la même chose en Ontario, avec Conservation Ontario.

« Ici, c'est subdivisé entre tellement de ministères - ministère des Transports, ministère de la Sécurité publique, ministère de l'Environnement, MFFP [ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs], MAMOT [ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire] », énumère Pascale Biron.

«Il y a une fragmentation des responsabilités à travers les différents ministères provinciaux. Ultimement, personne n'est responsable.»

Daniel Henstra, de l’Université de Waterloo

Selon Pascale Biron, ceux qui devraient coordonner la gestion des inondations au Québec sont les 40 organismes de bassins versants, qui relèvent du ministère de l'Environnement et sont responsables de pondre des plans directeurs de l'eau pour leur territoire. Le hic : le budget annuel de chacun de ces organismes s'élève à... 125 000 $.

« On fait des plans directeurs de l'eau, mais les municipalités ne les prennent pas en compte et il n'y a aucun mécanisme qui les oblige à le faire. Le mandat des organismes est de rencontrer les municipalités, mais avec 125 000 $, on n'a pas les ressources pour ça », dit à La Presse Jean-Paul Raîche, premier vice-président du Regroupement des organismes des bassins versants du Québec.

AUCUN PLAN D'ACTION

Ultimement, selon Pascale Biron, cette fragmentation des responsabilités fait en sorte qu'aucun plan d'action clair n'est établi en cas d'inondation. En Europe, dit-elle, tous les pays ont dû se doter de tels plans dès 2007.

« On n'aurait pas pu empêcher les inondations actuelles, précise-t-elle. Il y a eu de grandes quantités de neige dans certains secteurs et des pluies importantes. »

«On ne peut pas se battre contre ça et on ne peut pas mettre des digues partout. Sauf que si on sait qui se trouve dans les zones les plus vulnérables, on peut aviser les gens, et eux peuvent se préparer.»

Pascale Biron
professeure au département de géographie à l'Université Concordia

Elle donne l'exemple de la France qui, selon elle, sait exactement combien d'hôpitaux, de personnes âgées et d'écoles se trouvent dans les zones à risque. « Ça permet d'établir des priorités. Demandez au ministère de la Sécurité publique, aujourd'hui, combien de personnes vivent dans les zones inondables et vous verrez », lance-t-elle.

La Presse a fait l'exercice.

« Je n'ai pas le chiffre, je ne peux pas dire que je l'ai. Par MRC, il y a peut-être de quoi à faire », a répondu Éric Houde, directeur des opérations au ministère de la Sécurité publique.

Qui établit le plan d'action en cas d'inondations au Québec ?

« C'est nous, la sécurité publique. [...] La gestion des inondations [...], en termes de planification d'urgence, pour soutenir les municipalités, parce que c'est leur territoire, est faite par la sécurité publique », répond M. Houde.

Il explique qu'ultimement, c'est donc le ministère de la Sécurité publique qui joue le chef d'orchestre.

« Les responsables, c'est nous. Et ça fonctionne, tranche M. Houde. On est une famille, on se connaît, on s'appelle la nuit et les fins de semaine. On a le monde qu'il faut pour faire le travail, et notre travail à nous, la sécurité publique, c'est de coordonner cette grande famille. »

- Avec La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer