Chantier: casque obligatoire, même pour les ministres

Contrairement aux autres ministres et dignitaires présents, le... (PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

Contrairement aux autres ministres et dignitaires présents, le ministre de la Défense Harjit Sajjan n'a pas porté de casque lors de la visite officielle du chantier du manège militaire de Québec, samedi dernier.

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'absence de casque sur la tête du ministre fédéral de la Défense lors d'une visite officielle du manège militaire de Québec, samedi dernier, a valu un rappel à l'ordre des autorités au responsable du chantier.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST, ex-CSST) a confirmé à La Presse qu'elle avait contacté l'entreprise de construction Pomerleau en début de semaine pour lui rappeler que le casque de sécurité était obligatoire sur les chantiers - même pour les ministres.

Seul sans casque

Le ministre Harjit Sajjan est de confession sikhe. Il porte le dastar, le turban traditionnel de sa religion.

Plusieurs images le montrent, samedi, au milieu des dignitaires visitant le chantier de réfection de l'édifice très lourdement endommagé par le feu en 2008.

Ses collègues des Communes Joël Lightbound, Judy Foote et Jean-Yves Duclos portent des casques de protection blancs aux couleurs du gouvernement fédéral, alors que son turban n'est pas couvert. Toutefois, tous portent des protections aux yeux et des dossards.

Rappel à l'ordre

« La situation a été portée à l'attention de la CNESST. Un de nos inspecteurs a rapidement contacté le maître d'oeuvre du chantier [Pomerleau] pour lui rappeler ses obligations en matière de santé et sécurité au travail », a indiqué Geneviève Trudel, de la CNESST, dans un courriel. Au téléphone, elle a précisé que l'intervention de l'organisme public était de nature informatique et qu'elle n'avait pas de conséquences juridiques directes.

L'organisation de la visite officielle semblait informée des règles entourant un chantier de construction : la convocation envoyée aux médias précisait d'ailleurs que les journalistes qui voulaient couvrir la visite devaient se présenter sur place équipés de « bottes ou chaussures à embout d'acier homologuées », d'« un casque, [de] lunettes de sécurité et [d']un dossard de sécurité ».

« Rien à ajouter »

Hier, le ministre Sajjan - en déplacement au siège de l'OTAN à Bruxelles - et son cabinet n'ont pas voulu s'expliquer.

«Le ministre n'a rien à ajouter sur la question concernant l'application des normes de sécurité du travail. Il est important de noter qu'aucune activité de construction n'avait lieu sur le site lors de la visite du ministre et des autres dignitaires», a écrit sa directrice des communications Renée Filiatrault. 

Mme Filiatrault n'a pas répondu à une relance de La Presse concernant les circonstances de l'événement: impossible donc de savoir s'il avait refusé le port du casque ou si un casque adapté à ses besoins avait été mis à sa disposition. L'entreprise Pomerleau n'a pas non plus voulu répondre aux questions de La Presse.

Une carrière brillante, avec un turban

« Comme il l'a démontré dans ses fonctions d'agent de police et dans ses nombreux déploiements à titre de membre des Forces armées canadiennes, le ministre Sajjan n'a jamais hésité à porter un casque lorsque les circonstances s'y prêtaient », a ajouté Mme Filiatrault, toujours par courriel.

Depuis sa nomination, à l'arrivée de Justin Trudeau au pouvoir, plusieurs reportages ont fait état de la carrière brillante de ce policier, déployé à l'étranger comme réserviste des Forces canadiennes. Il est parvenu à concilier ses obligations religieuses avec les exigences professionnelles, notamment en inventant (et en faisant breveter) un masque à gaz adapté aux porteurs de barbes fournies.

Sécurité avant liberté religieuse, a tranché un juge

En septembre, dernier, la Cour supérieure du Québec s'était penchée sur une situation impliquant elle aussi des citoyens de confession sikhe et l'obligation de porter un casque de sécurité : les camionneurs qui font des livraisons sur les quais du port de Montréal doivent absolument se protéger la tête, avait décidé le juge André Prévost.

Cette limite à leur liberté religieuse est permise « en regard du bien-être général et de la sécurité des citoyens du Québec, vu les risques importants de blessures à la tête existant pour les camionneurs » circulant au port, avait écrit le magistrat.

Une photo du ministre Sajjan portant un casque militaire sur son turban lors d'un déploiement en Afghanistan avait été déposée en preuve. Les trois camionneurs sikhs plaidaient qu'à leur avis, leur religion leur interdisait de porter un casque par-dessus leur turban.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer