Meurtres d'aînés en Ontario: le CHSLD a connu depuis d'autres «incidents»

Ces incidents ont eu lieu plus de deux... (Photo Dave Chidley, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Ces incidents ont eu lieu plus de deux ans après le départ de l'infirmière Elizabeth Wettlaufer, accusée de huit chefs de meurtre prémédité, dont sept survenus à ce centre Caressant Care de Woodstock.

Photo Dave Chidley, archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paola Loriggio
La Presse Canadienne

Un centre de soins de longue durée ontarien où une infirmière aurait tué sept personnes âgées, en leur administrant des médicaments, affiche même depuis son départ un lourd bilan au chapitre des erreurs de médication.

Le centre Caressant Care de Woodstock ne peut plus admettre de nouveaux patients depuis le 25 janvier dernier, à la suite de rapports du ministère de la Santé. Les inspecteurs avaient recensé 41 incidents liés aux médicaments durant les cinq derniers mois de 2016.

Les rapports font état de 22 incidents au cours desquels la médication n'a pas été administrée, six cas de mauvaise posologie, cinq erreurs sur la personne, trois cas d'administration du médicament au mauvais moment, et un cas d'administration d'un médicament sans ordonnance. Des patients auraient aussi souffert d'effets indésirables aux médicaments.

Ces incidents ont eu lieu plus de deux ans après le départ de l'infirmière Elizabeth Wettlaufer, accusée de huit chefs de meurtre prémédité, dont sept survenus à ce centre Caressant Care de Woodstock.

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée a précisé que c'est à cause des erreurs de médication, et non à cause de l'affaire Wettlaufer, qu'il a ordonné au centre Caressant Care de Woodstock de ne plus admettre de nouveaux patients. Le ministère s'inquiète de la sécurité des patients actuels et futurs à ce centre.

L'infirmière Wettlaufer, âgée de 49 ans, avait été arrêtée en octobre dernier et accusée des meurtres de huit pensionnaires de deux centres de soins de longue durée, à Woodstock et à London, entre 2007 et 2014. Le mois dernier, la police a déposé des accusations additionnelles de tentative de meurtre et de voies de fait graves, et elle a exhumé deux corps pour recueillir des preuves.

Les allégations n'ont pas été prouvées devant le tribunal. La prochaine audience est prévue mercredi prochain, au palais de justice de Woodstock.

L'entreprise Caressant Care, qui exploite 15 centres de soins de longue durée et maisons de retraite en Ontario, a refusé de commenter, vendredi. Dans un des rapports, la direction des soins infirmiers du centre de Woodstock admettait que plusieurs erreurs de médication «préoccupantes» avaient été signalées et qu'elle avait exigé depuis des correctifs.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer