Des Albertains demandent l'emprisonnement de leur première ministre

Rachel Notley... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Rachel Notley

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le candidat dans la course au Parti conservateur, Chris Alexander, dit qu'il n'a pas interrompu des manifestants qui réclamaient l'emprisonnement de la première ministre Rachel Notley parce que les politiciens doivent écouter leurs commettants.

L'ancien ministre de l'Immigration livrait un discours, dimanche, à un rassemblement contre la taxe de carbone que prévoit imposer le gouvernement néo-démocrate en Alberta, lorsque les manifestants ont commencé à scander: «mettez-la en prison», faisant référence au slogan de plusieurs partisans du président désigné Donald Trump à l'égard de la candidate démocrate Hillary Clinton.

M. Alexander a assuré qu'il «désapprouvait totalement ce slogan» et que ce n'était «pas juste», ce pourquoi il ne l'a pas scandé à son tour, dit-il.

La manifestation à Edmonton avait été organisée par Rebel Media, un média électronique de droite. Une vidéo de l'incident a été partagée sur Twitter par la chef de bureau en Alberta, Sheila Gunn Reid.

Les images montrent les manifestants en train de crier: «votez contre elle» («vote her out»), mais le message a changé lorsque plus de gens se sont mis de la partie.

Alors qu'ils scandaient «mettez-la en prison», M. Alexander sourit et semble faire un geste au même rythme que le slogan, en hochant la tête.

Quelqu'un intervient un peu plus tard pour dire: «c'est assez» et alors que l'ancien ministre continue de sourire et de hocher la tête, l'image se retourne vers la foule.

M. Alexander n'a pas incité les manifestants à arrêter et il n'a pas commenté leur slogan pendant son discours.

«On ne le voit pas dans la vidéo, mais j'ai commencé à dire avec eux »votez contre elle« (...) J'ai exprimé ma désapprobation en parlant de quelque chose de complètement différent: le vote. Je crois que c'était plutôt clair», a-t-il expliqué.

Mais selon lui, il y a beaucoup de douleur dans ce slogan. «L'Alberta a mal. Le taux de chômage là-bas est à 9 pour cent; c'est le plus haut en 22 ans», a-t-il soutenu.

Les représentants de Mme Notley n'ont pas voulu commenter l'incident.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer