Un psychologue radié pour sa pratique paranormale

Un psychologue vient d'être radié pendant trois mois pour avoir laissé croire à... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un psychologue vient d'être radié pendant trois mois pour avoir laissé croire à une ado de 13 ans victime d'hallucinations qu'elle pourrait avoir un « don paranormal » et avoir reconduit une patiente en phase terminale chez un médium.

Jean-Pierre Allaire, qui travaille en Mauricie et dans l'est du Québec, croit à la véracité des sciences occultes et a laissé cette croyance influencer son travail à au moins deux reprises, révèle une décision du comité de discipline de son ordre professionnel.

S'écarter de la science et baser sa pratique sur le paranormal est une « faute déontologique grave », d'autant plus qu'elle implique « deux clientes vulnérables », tranche la décision. Le professionnel a plaidé coupable aux accusations déontologiques, mais plaidait pour faire alléger sa sentence.

En 2012, alors qu'il travaille pour le CSSS de Rimouski-Neigette, M. Allaire est assigné au dossier d'une jeune fille de 13 ans qui « ne va pas bien » : elle est suicidaire et souffre d'hallucinations « omniprésentes », selon la décision. « Des voix lui disent de se tuer, elle fait des cauchemars et se dit épuisée. »

C'est l'adolescente elle-même qui avance la possibilité qu'elle soit dotée d'un don paranormal. « L'intimé lui dit qu'il se pourrait qu'elle ait un don. Il demande à l'adolescente de ne pas discuter avec son psychiatre traitant de la présence de ses hallucinations visuelles et auditives pour que celui-ci n'augmente pas la dose d'antipsychotiques », explique le comité de discipline. Le même jour d'avril 2012, le psychologue « informe l'adolescente qu'il connaît un médium capable de déterminer si elle a un don ». Il le consulte lui-même depuis de nombreuses années.

Au cours du même mois, Jean-Pierre Allaire reçoit une femme de 34 ans condamnée par un cancer du foie incurable. Il lui reste de 2 à 3 mois de vie.

Lors de leur rencontre, le psychologue la réfère à un médium. « La cliente se montre d'abord sceptique », mais « elle accepte finalement de s'y rendre sachant qu'elle n'a plus rien à perdre, vu sa mort imminente », écrit le conseil de discipline. « Elle tente par tous les moyens de sauver sa vie. » C'est M. Allaire qui la reconduira chez le médium.

Le psychologue est suspendu par le CSSS de Rimouski-Neigette quelques jours après ces événements, avant de démissionner deux mois plus tard.

Jean-Pierre Allaire et son avocate Julie-Véronique Allaire n'ont pas rappelé La Presse.

Selon la décision, il a toutefois blâmé ses supérieurs au sein du réseau public pour lui avoir confié le dossier d'une patiente mineure, alors qu'il avait exprimé ses réticences à cette idée. « Il avait l'intention de préciser le diagnostic de l'adolescente en la référant à un médium », selon ses explications relayées par le conseil de discipline. Quant à la malade condamnée par son cancer, il a dit avoir posé un acte de « charité humaine » par « compassion ».

Il demandait une radiation cumulative d'un mois, alors que la syndique de l'Ordre en demandait cinq. Le conseil de discipline a tranché à trois mois, ainsi qu'une amende de 2000 $. Ses membres veulent aussi que Jean-Pierre Allaire se soumette à une formation et à une supervision partielle de ses activités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer