• Accueil > 
  • Actualités > 
  • National 
  • > C.-B.: des scientifiques demandent l'abandon d'un projet de barrage hydroélectrique 

C.-B.: des scientifiques demandent l'abandon d'un projet de barrage hydroélectrique

À l'automne, des filiales du groupe espagnol Acciona... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

À l'automne, des filiales du groupe espagnol Acciona et du sud-coréen Samsung ont décroché le contrat de 8,3 milliards de dollars pour les travaux d'ingénierie, principale phase de la construction du barrage «Site C», sur la Peace River, dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La communauté scientifique canadienne a demandé mardi au gouvernement de reconsidérer un projet de construction d'un immense barrage hydroélectrique en Colombie-Britannique afin de respecter les droits des communautés amérindiennes.

En dépit des permis accordés, «cela ne signifie pas que les gouvernements fédéral et britanno-colombien ne peuvent faire marche arrière» sur un projet de barrage Site C, a estimé Maryse Lassonde, présidente de la Société royale du Canada (SRC).

Dans une lettre ouverte au premier ministre, Justin Trudeau, intitulée «plus de 200 scientifiques de premier plan demandent au gouvernement de suspendre le barrage Site C», la SRC déplore que «le projet de barrage du site C avance malgré le fait que des questions de droits ancestraux et de droits issus de traités des Premières nations ne sont toujours pas réglées».

À l'automne, des filiales du groupe espagnol Acciona et du sud-coréen Samsung ont décroché le contrat de 8,3 milliards de dollars pour les travaux d'ingénierie, principale phase de la construction du barrage «Site C», sur la Peace River, dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

La SRC a rappelé le chef du gouvernement à ses engagements envers les autochtones à savoir de «reconnaître leurs droits fondamentaux et leurs intérêts et d'en tenir compte».

«Pourquoi ces droits et intérêts n'ont-ils pas été pris en compte apparemment?» dans le processus de décision, s'est interrogée Mme Lassonde.

Si le Canada s'est engagé début mai à ratifier la déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, alors «les travaux du projet du Site C devraient être interrompus» pour se mettre en conformité avec cette déclaration, estime la SRC.

La tranche de travaux accordée aux deux groupes industriels Acciona et Samsung porte sur la construction d'une digue longue de 1050 mètres et de 60 mètres de hauteur, de deux tunnels d'amenée des eaux, des fondations de la principale centrale hydroélectrique et du déversoir.

D'autres contrats sont encore en cours d'attribution comme sur la fourniture des turbines et des générateurs, le déplacement d'une autoroute et la construction de centrales électriques secondaires et des lignes de transmission.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer