Fort McMurray: retour progressif d'employés évacués de sites pétroliers

La qualité de l'air reste critique dans toute... (Photo Jason Franson, archives Reuters)

Agrandir

La qualité de l'air reste critique dans toute la région de Fort McMurray en raison des épaisses fumées qui recouvrent la zone, avec des indices au-dessus du niveau maximal de 10 prévus mardi et mercredi et nécessitant le port de masques et des temps de travail limités, selon la même source.

Photo Jason Franson, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les employés des sites pétroliers au nord de Fort McMurray, en Alberta, ont commencé mardi à regagner les lieux évacués sous l'avancée des incendies de forêt, première étape vers une reprise de la production, ont indiqué les autorités locales.

La municipalité régionale de Wood Buffalo, dont dépend Fort McMurray, a mis en place « une phase de retour » des personnes sur les bases de vie, énormes villages de préfabriqués abritant les employés du pétrole.

Suncor, le premier groupe pétrolier canadien, a indiqué mardi avoir « amorcé le processus pour mobiliser à nouveau ses employés afin de soutenir le redémarrage progressif de ses opérations ».

Ce rapatriement du personnel va se dérouler sous haute surveillance en raison des « conditions qui restent extrêmes » pour les incendies, a indiqué le gouvernement de la province de l'Alberta.

La qualité de l'air reste critique dans toute la région de Fort McMurray en raison des épaisses fumées qui recouvrent la zone, avec des indices au-dessus du niveau maximal de 10 prévus mardi et mercredi et nécessitant le port de masques et des temps de travail limités, selon la même source.

Déclaré le 1er mai, le gigantesque feu de Fort McMurray est toujours hors de contrôle à l'est de la ville évacuée maintenant depuis près d'un mois, et ce sont 5223 km2 de la forêt boréale et de broussailles qui ont brûlé.

Ce feu a gagné la province voisine de la Saskatchewan où 25 km2 ont déjà été ravagés, selon le dernier bilan mardi du service des incendies.

Avec l'arrivée des flammes aux abords des sites pétroliers, les autorités avaient dû évacuer en urgence il y a une semaine environ 8000 personnes des bases de vie entre Fort McMurray et Fort MacKay à 40 km au nord.

Si le retour des employés a été autorisé, Suncor a indiqué surveiller « le risque de feu, la qualité de l'air » et la capacité de « mobilité des employés ».

« Compte tenu de notre évaluation actuelle, nous sommes confiants que nous pouvons réintégrer les gens dans la région en toute sécurité et redémarrer nos activités », a indiqué Steve Williams, PDG de Suncor sans pour autant donner une date de reprise de la production.

Les deux grands sites d'exploitation de sables bitumineux de Syncrude et de Suncor sont touchés par l'arrêt de la production et des groupes pétroliers plus au nord ont ralenti leur extraction.

Au total, la production a été coupée de l'ordre de 1,2 million de barils par jour en moyenne depuis les premières évacuations dans la première semaine de mai. Près de 100 000 personnes ont reçu l'ordre de quitter leur domicile à Fort McMurray et dans les bourgades aux alentours.

Les premiers retours sont prévus le 1er juin avec un calendrier étalé sur deux semaines. Les réseaux de gaz et d'électricité ont été rétablis à 90 %, a indiqué le gouvernement de la province.

Pour l'ensemble de la province, 16 feux restaient actifs mardi et étaient combattus par près de 2000 pompiers assistés de 102 hélicoptères et 25 avions bombardiers d'eau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer