Formulaire de recensement: Statistique Canada avait prévu les changements

L'agence fédérale des statistiques s'est démenée pour créer... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'agence fédérale des statistiques s'est démenée pour créer à temps l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM).

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennifer Ditchburn
La Presse Canadienne
Ottawa

Si Statistique Canada avait été surprise par les conservateurs juste avant le dernier recensement, cette fois-ci, l'agence était prête à tout.

Le gouvernement de Stephen Harper avait annoncé qu'il allait se débarrasser du formulaire long et obligatoire du recensement moins d'un an avant que le recensement de 2011 ne soit envoyé par la poste aux citoyens, et deux ans après une campagne électorale lors de laquelle ce sujet n'avait jamais été mentionné.

L'agence fédérale des statistiques s'est démenée pour créer à temps l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) qui devait le remplacer.

Lorsque les libéraux sont entrés en poste en novembre, l'un des premiers sujets à l'ordre du jour a été d'annoncer le rétablissement du formulaire long de recensement.

L'échéancier semblait fort serré, les premiers formulaires devant être envoyés aux résidants du Nord en février.

Mais Marc Hamel, directeur général du programme de recensement, affirme que l'agence avait planifié d'avance pour les risques associés au recensement de 2016. L'un de ces risques était l'arrivée d'un nouveau gouvernement qui pouvait décider de rétablir le formulaire long.

«C'était déjà dans le domaine public que les partis de l'opposition affirmaient que s'ils étaient élus, ils ramèneraient le formulaire long et obligatoire, alors nous avions commencé à regarder comment cela pouvait être possible», a-t-il dit lors d'une entrevue.

L'agence a décidé de concevoir le questionnaire dans un format plus souple.

Plutôt que de transmettre aux ménages sélectionnés deux envois, l'un avec le recensement court et l'autre avec l'enquête nationale sur les ménages, les questionnaires ont été intégrés dans un seul document.

«Cette conception va être efficace et va fonctionner avec les deux approches, a expliqué M. Hamel. Dans cette perspective, il n'a pas été nécessaire de refaire la conception.»

«On a été en mesure d'aller de l'avant avec les mêmes questionnaires que vous avions déjà conçus pour 2016.»

Aussi, parce que la plupart des Canadiens remplissent le questionnaire en ligne - 54 pour cent en 2011 -, modifier certains détails dans le système informatique n'était pas un obstacle majeur.

La lettre qui accompagne le recensement va permettre à l'agence de souligner que le formulaire long est obligatoire à nouveau. Le personnel du recensement va aussi contribuer à faire passer le message.

Moins de gens devront remplir le formulaire long que la dernière fois, un ménage sur quatre plutôt qu'un ménage sur trois, comme cela avait été le cas avec l'ENM. Statistique Canada a eu à imprimer plus de formulaires courts en conséquence de ce changement.

Mais l'agence ne croit pas qu'elle va épargner de l'argent parce que moins de Canadiens recevront les deux formulaires. Elle s'attend à devoir traiter plus de réponses parce que le formulaire long est de nouveau obligatoire.

Le principal défi sera de s'ajuster à la logistique de ramener le formulaire long. Des codes-barres aident l'agence à suivre où certains formulaires sont envoyés et une partie de ce travail devra être refait.

Il y aura aussi une campagne d'information pour s'assurer que les gens réalisent qu'ils doivent bien remplir les deux questionnaires. M. Hamel dit que l'agence n'a jamais vraiment mis l'accent sur les pénalités associées à l'omission de les compléter - une amende de 500 $ ou de un à trois mois de prison, ou les deux.

«L'information de recensement est très importante et c'est là que nous mettons nos efforts», a souligné M. Hamel.

Le jour du recensement est le 10 mai et la plupart des Canadiens commenceront à recevoir les lettres et les questionnaires le 2 mai.

Statistique Canada s'affaire à embaucher quelque 35 000 travailleurs pour aider au recensement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer