Pêche au poulamon : les amateurs doivent encore patienter

Les retombées économiques de la «pêche aux petits... (Le Nouvelliste, Stéphane Lessard)

Agrandir

Les retombées économiques de la «pêche aux petits poissons des cheneaux» sont évaluées à 5 millions pour la Mauricie. Quelque 85 000 visiteurs sont attendus.

Le Nouvelliste, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE

Les amateurs de poulamons devront encore patienter puisque la pêche aux petits poissons des chenaux ne pourra débuter avant au moins le week-end prochain en Mauricie.

La rivière Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, n'est gelée que sur 80 % de sa surface, mais les températures froides prévues pour le début de la semaine devraient permettre de consolider le couvert de glace.

Selon le président de l'Association des pourvoyeurs, Steve Massicotte, lorsque l'épaisseur de la glace aura atteint environ 25 centimètres, les premiers chalets pourront être érigés. Il espère qu'une centaine de chalets seront prêts à accueillir les pêcheurs dès vendredi prochain.

Cette pêche débute traditionnellement le 26 décembre pour se poursuivre jusqu'à la mi-février. L'an dernier, elle avait été retardée au 1er janvier. En 2003, on avait même dû attendre au 12 janvier avant de taquiner le poisson.

Les retombées économiques de cette activité sont évaluées à 5 millions pour la Mauricie. Quelque 85 000 visiteurs sont attendus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer