Ottawa impose une limite de vitesse aux trains de marchandise en zone urbaine

Dans le communiqué, Mme Raitt précise que l'injonction... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dans le communiqué, Mme Raitt précise que l'injonction ministérielle est le moyen le plus efficace d'apporter immédiatement d'importantes améliorations en matière de sécurité et d'exiger que les compagnies de chemin de fer procèdent rapidement à des changements.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La ministre fédérale du Transport, Lisa Raitt, a annoncé l'instauration d'une limite de vitesse en zone urbaine pour les trains transportant des marchandises dangereuses.

Mme Raitt a avisé les sociétés ferroviaires que la limite de vitesse sera de 64 km/h lorsque leurs trains se trouveront dans des secteurs fortement urbanisés.

De plus, l'injonction ministérielle impose des exigences d'inspection accrues et la réalisation d'évaluations des risques le long des principales routes servant au transport des marchandises, y compris le pétrole brut et l'éthanol.

L'injonction sera en vigueur jusqu'au 17 août 2015.

Un communiqué du gouvernement fédéral note que le Canadien National et le Canadien Pacifique ont déjà imposé une limite de vitesse de 56 km/h à leurs trains.

Dans le communiqué, Mme Raitt précise que l'injonction ministérielle est le moyen le plus efficace d'apporter immédiatement d'importantes améliorations en matière de sécurité et d'exiger que les compagnies de chemin de fer procèdent rapidement à des changements.

«Transports Canada continue de prendre des mesures décisives pour protéger les Canadiens qui vivent en bordure des axes ferroviaires, a déclaré Mme Raitt, dans le communiqué. L'injonction ministérielle émise aujourd'hui est une autre moyen de faire en sorte que les compagnies de chemin de fer transportent sans risque les marchandises dangereuses.»

La sécurité ferroviaire est devenue un sujet délicat pour le gouvernement fédéral depuis le désastre de Lac-Mégantic, le 6 juillet 2013, qui a fait 47 victimes.

Le mois dernier, les ministres des Transports du Québec et de l'Ontario ont acheminé une lettre à Mme Raitt dans laquelle ils manifestaient leur inquiétude devant le nombre croissant de déraillements. Ils ont qualifié la situation d'inacceptable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer