Exclusif

Québec assumera près de la moitié de la facture des gicleurs

Avec cette réglementation, Québec met en oeuvre une... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Avec cette réglementation, Québec met en oeuvre une recommandation du commissaire-enquêteur aux incendies dans son rapport récent sur la tragédie de L'Isle-Verte.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Drame à L'Isle-Verte

Actualité

Drame à L'Isle-Verte

Incendie à L'Isle-Verte »

(Québec) Le deuxième budget Leitao sera serré, mais il y aura de la place pour au moins une nouvelle mesure. Québec annoncera qu'il assumera un peu moins de 50% de la facture de l'installation de gicleurs dans les résidences pour personnes âgées, a appris La Presse.

Cette facture est salée: entre 220 et 260 millions, estime le gouvernement Couillard. En vertu du programme qui sera dévoilé dans le budget demain, l'État en paiera près de la moitié, selon une source sûre. Le programme vise à aider les propriétaires de résidence à se conformer à une nouvelle réglementation.

Québec a en effet présenté le mois dernier un projet de règlement rendant obligatoire l'installation de gicleurs dans les résidences pour aînés, à l'exception des plus petites. Il accorde un délai de cinq ans aux résidences pour s'y conformer.

Avec cette réglementation, il met en oeuvre une recommandation du commissaire-enquêteur aux incendies, Cyrille Delâge, dans son rapport récent sur la tragédie de L'Isle-Verte. Trente-deux personnes sont mortes dans l'incendie de la Résidence du Havre, en janvier 2014. Il n'y avait pas de gicleurs dans la section de l'établissement qui a été rasée par les flammes.

Une grande lacune

Plus de la moitié des résidences privées pour aînés ne sont pas protégées par des gicleurs: 1041 établissements sur 1905 (55%). Et 214 le sont partiellement.

Les résidences ne recevront pas toutes la même somme. Québec les classera en trois catégories: petites, moyennes et grandes. Proportionnellement, l'aide sera plus généreuse dans le cas des petites, et vice-versa. Dans l'application du règlement, qui sera faite sur cinq ans, Québec donnera la priorité aux bâtiments construits avec des matériaux combustibles et situés en milieu rural, ceux qui présentent des risques plus élevés.

Dans son rapport, M. Delâge proposait la mise sur pied d'un programme d'aide financière. «Encore faut-il que les recommandations puissent s'appliquer à un coût raisonnable. Il serait dommage qu'elles entraînent la fermeture de quelques résidences», écrivait-il. L'objectif du gouvernement est également de limiter l'impact de la nouvelle réglementation sur le loyer payé par les aînés.

L'Ontario n'a pas accordé d'aide financière lorsqu'il a imposé l'installation de gicleurs dans les résidences pour aînés dans les dernières années. Mais d'autres provinces ont annoncé des programmes d'aide au cours des derniers mois pour la pose de tels systèmes. L'Alberta a réservé une enveloppe de 80 millions pour venir en aide à certaines résidences. Installer des gicleurs dans l'ensemble des établissements pour aînés coûterait 250 millions dans cette province. Le Manitoba a quant à lui décidé d'allouer 70 millions, alors que la facture totale est chiffrée à 125 millions.

Rare nouvel engagement

Le programme d'aide qu'annoncera le gouvernement Couillard sera l'un des rares nouveaux engagements financiers contenus dans le budget 2015-2016. Pour parvenir à l'équilibre budgétaire, Québec limitera la croissance des dépenses de programmes à 0,8%, du jamais vu depuis longtemps, indique la mise à jour économique de décembre. À titre comparatif, alors que des compressions suscitent actuellement la grogne, les dépenses auront augmenté cette année de 2,1%.

Rappelons que les résidences pour aînés d'un étage, d'une superficie d'au plus 600 m2 et d'un maximum de 8 logements - donc accueillant au plus 16 personnes - ne sont pas visées par le nouveau projet de règlement. Ni les résidences de type unifamilial de deux étages ou moins qui hébergent au plus neuf personnes, si une porte extérieure est accessible à l'étage. Cyrille Delâge a proposé à peu de choses près les mêmes exceptions dans son rapport.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer