Loi anti-terroriste: la PM de la C.-B. craint pour les libertés individuelles

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark... (Photo JONATHAN HAYWARD, archives PC)

Agrandir

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark

Photo JONATHAN HAYWARD, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, soulève la crainte que le projet de loi anti-terrorisme du gouvernement fédéral pourrait «entrer en collision» avec les droits des Canadiens.

La première ministre a remis en question le projet de loi C-51 lors d'une entrevue accordée à l'émission Question Period du réseau CTV, affirmant que la mesure législative nécessite une «surveillance adéquate».

Elle y a affirmé qu'il faudrait s'assurer que les libertés personnelles ne soient pas réduites en tentant de se protéger comme des menaces non identifiées.

Mme Clark a même ajouté que les Canadiens pourraient «regretter» par la suite d'avoir renoncé à leurs libertés personnelles.

Le projet de loi, présenté par le gouvernement conservateur, pourrait accroître de façon significative les pouvoirs de la police et du Service canadien du renseignement de sécurité dans un effort d'intercepter et d'arrêter à temps les complots terroristes.

Les chefs de l'opposition à Ottawa et le commissaire fédéral à la vie privée ont durement critiqué la mesure législative, affirmant qu'elle augmente les pouvoirs de répression sans supervision adéquate.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer