Armes d'épaule: le PLC ne veut pas ressusciter le registre

Les libéraux voteront contre le projet de loi... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Les libéraux voteront contre le projet de loi déposé par le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, et ce, même s'il contient «des éléments constructifs», a déclaré le chef libéral en point de presse.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
OTTAWA

Contrairement à ce que prétendent les conservateurs, les libéraux n'ont pas l'intention de ressusciter le registre des armes d'épaule: ils sont simplement opposés au projet de loi C-42 sur les armes à feu, a assuré mercredi Justin Trudeau.

Les libéraux voteront contre le projet de loi déposé par le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, et ce, même s'il contient «des éléments constructifs», a déclaré le chef libéral en point de presse.

M. Trudeau a dénoncé le fait que le projet de loi visant à faciliter la vie aux propriétaires d'armes à feu donnerait le dernier mot au ministre en ce qui a trait à la classification de certains types d'armes.

«Nous croyons que ce sont les autorités policières qui devraient avoir le dernier mot sur la classification - la responsabilité de classifier des armes à feu et non des politiciens comme Steven Blaney», a-t-il laissé tomber.

Mais cela ne signifie pas que le Parti libéral rêve secrètement de ramener le registre d'armes d'épaule s'il est porté au pouvoir, a soutenu M. Trudeau.

«Je confirme que le Parti libéral du Canada ne ramènera pas le registre d'armes d'épaule», a-t-il tranché.

Le chef libéral a ensuite ramené le sujet sur le tapis aux Communes, évoquant le 25e anniversaire de Polytechnique en préambule de sa première question.

Après avoir réfuté les propos de son adversaire, le premier ministre Stephen Harper a décoché une flèche à son endroit.

«Nous nous attendons à ce genre de distorsion venant du parti qui a implanté le registre des armes d'épaule et à qui il démange de le ramener», a-t-il lancé.

La pique n'a pas déstabilisé M. Trudeau: «M. Harper veut encore une fois faire une campagne sur le registre des armes à feu parce que ça divise les Canadiens», a-t-il suggéré en point de presse après la séance en Chambre.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) s'opposera lui aussi au projet de loi C-42, a confirmé sa porte-parole adjointe en matière de sécurité publique, Rosane Doré Lefebvre.

«Quand on a vu ce que le projet de loi incluait en général, les pouvoirs supplémentaires que ça donnait au ministre, ça a juste confirmé qu'on ne pouvait pas leur faire confiance (aux conservateurs)», a-t-elle exposé en entrevue téléphonique.

Il n'est pas non plus question, pour les néo-démocrates, de reconstituer un nouveau registre des armes à feu.

«On ne va pas répéter les erreurs des libéraux, on ne veut pas retourner à des vieilles chicanes en ce qui concerne le registre des armes à feu», a signalé Mme Doré Lefebvre.

De son côté, le ministre Blaney demeure convaincu de la pertinence de son projet de loi.

«Nous assurons la sécurité du public au moyen de politiques sensées tout en réduisant la paperasse pour les citoyens respectueux des lois», a écrit dans un courriel son attaché de presse, Jean-Christophe de Le Rue.

Il permettrait notamment «de prendre des ordonnances obligatoires d'interdiction de port d'arme contre les personnes reconnues coupables de graves cas de violence conjugale», a-t-il ajouté.

Le projet de loi C-42 a fait l'objet d'un débat en deuxième lecture mercredi aux Communes après la période de questions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer