Shérifs policiers: «ça va trop loin», dit la mairesse

Pour protester contre le projet de loi 3... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Pour protester contre le projet de loi 3 sur les régimes de retraite, les policiers de Châteauguay ont décidé de modifier leur uniforme vendredi matin et d'arborer un chapeau de cowboy et un insigne de shérif.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La mairesse de Châteauguay fait appel à la CSST pour régler les problèmes de «confusion» et de «sécurité» liés au nouveau costume de shérif porté par les policiers. Nathalie Simon trouve que l'initiative syndicale visant à s'opposer au projet de loi 3 «va trop loin» et que cela a un impact «très négatif» sur l'image du corps de police. «Ce n'est pas le message qu'un policier doit envoyer», a-t-elle expliqué en entrevue à La Presse.

La mairesse croit que le port de bottes de cowboys peut nuire à la sécurité de la population et des policiers. «Est-ce qu'ils pourront répondre efficacement? Pourraient-ils se blesser en courant?» questionne l'élue. 

Pour protester contre le projet de loi sur les régimes de retraite, les policiers de Châteauguay ont décidé de modifier leur uniforme vendredi matin et d'arborer un insigne de shérif, un chapeau et des bottes de cowboys. Le syndicat local dit adopter ce nouveau moyen de visibilité «pour augmenter la pression» sur le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire Pierre Moreau, aussi député de Châteauguay.  

Le nouveau costume de shérif des policiers de Châteauguay ne fait d'ailleurs pas l'unanimité chez les agents. La Fédération des policiers et policières municipaux (FPMQ) du Québec s'est dissociée vendredi de cette initiative «inappropriée», qui nuirait même au service à la population selon le syndicat.

Dans une lettre envoyée à ses membres, la FPMQ écrit «qu'aucun contexte politique» ne peut justifier le port d'un tel costume pour des policiers en service.  

«L'objectif est d'exercer une pression sur les décideurs publics tout en maintenant intégralement le service à la population. Nous croyons malheureusement que le port du costume de shérif, dans le cadre des fonctions policières à Châteauguay, ne peut garantir cet objectif fondamental», écrit le syndicat.

La FPMQ regroupe plus de 4500 policiers municipaux au Québec. Le syndicat provincial ne précise toutefois pas de quelle façon ce costume nuit au service à la population. Même si elle juge que cette initiative va trop loin, la FPMQ demande à ses membres de poursuivre la consigne du port de «l'uniforme altéré». Elle promet aussi de poursuivre son travail de représentation auprès du gouvernement pour souligner son opposition au projet de loi 3 sur les régimes de retraite.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer