Le Québec est-il cultivé?: un piètre résultat

42%: c'est là le maigre score obtenu par les Québécois à un test de... (PHOTOMONTAGE LA PRESSE)

Agrandir

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

42%: c'est là le maigre score obtenu par les Québécois à un test de connaissances générales à choix multiples réalisé par CROP à la demande de La Presse.

>>> Répondez à notre questionnaire

Comment appelle-t-on le XVIIIe siècle, qui a vu triompher la raison et le progrès sur l'obscurantisme et les superstitions? Seulement 24% des gens ont su répondre «les Lumières».

Dans quelle ville l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche a-t-il été assassiné le 28 juin 1914? Même si la Première Guerre mondiale a eu 100 ans cette année et qu'on a abondamment parlé dans les médias de cet évènement qui en a été le prélude, seulement le quart des répondants savaient qu'il s'agissait de Sarajevo.

On pourra débattre pendant des heures de la pertinence des questions posées. Oui, il y avait des pièges. Non, le fait de ne pas connaître Arcade Fire n'est peut-être pas une tare majeure. Mais le plus grand océan? Le père de la Révolution tranquille? L'auteur de la théorie de l'évolution?

«Ce coup de sonde a été fait avec un clin d'oeil, dit Youri Rivest, vice-président chez CROP. On ne saurait prétendre avoir trouvé les 33 meilleures [questions] qui soient, mais le test a néanmoins été élaboré de façon sérieuse, avec l'aide d'un panel de gens très réputés dans leur domaine avec lesquels on a beaucoup débattu.»

Qu'on se console: les Québécois ont majoritairement su répondre à certaines questions. Ainsi, 73% des répondants étaient au courant que l'émeute de 1955 à Montréal est associée au nom de Maurice Richard. Sept répondants sur dix ont aussi su dire que la laïcité désigne la séparation de l'Église et de l'État (on en a tellement parlé!).

Si 72% des gens ont été capables de répondre que Nelson Mandela a combattu l'apartheid (et non le communisme, par exemple), ce total cache cependant un fait assez préoccupant: seulement 47% des gens de 18 à 34 ans le savaient, comparativement à 89% des répondants de 55 ans et plus, qui ont sauvé l'honneur.

Les plus forts

Qui a le mieux réussi le test? Ce qui est le plus déterminant, sans surprise, c'est la scolarité. Ensuite, puisqu'il faut bien le dire, c'est le fait... d'être un homme. Les hommes ont obtenu 48%, comparativement à 37% pour les femmes. Et heureusement qu'il y avait des répondantes plus âgées, «parce que ce sont elles qui ont sauvé les filles», signale Youri Rivest, de CROP.

Parmi les autres résultats qui frappent M. Rivest, il y a le fait que les non-francophones en savent beaucoup plus sur les questions internationales que les francophones. Les non-francophones, eux, «bloquent dès que les questions portent sur le Québec».

Ainsi

80% des francophones ont bien répondu Maurice Richard à la question des émeutes de 1955, pour seulement 43% des non-francophones;

73%

des francophones ont répondu que Kébec signifie «là où le fleuve se rétrécit», comparativement à 52% des non-francophones;

67%

À l'inverse, des non-francophones savaient que le groupe qui contrôle la Syrie et le nord de l'Irak s'appelle État islamique, contre seulement 46% des francophones.

Autre différence significative

Les plus jeunes ont été plus nombreux à identifier correctement la planète la plus éloignée du Soleil: 24% des gens de 18 à 34 ans ont répondu Neptune, alors que c'est seulement le cas de 9% des 55 ans et plus. Ceux-ci, après tout, se sont fait dire jusqu'en 2006 que c'était Pluton (rétrogradée depuis au statut de simple planète naine).

En se penchant sur le score final, Youri Rivest se dit que les politiciens ont tout intérêt à ajuster leurs discours et leurs promesses en conséquence. «Quand un politicien annonce une deuxième révolution tranquille, il ne fera pas rêver grand monde si la moitié de la population ignore tout de la première.»

C'est aussi ce qui inquiète Normand Baillargeon, auteur de Liliane est au lycée-Est-il indispensable d'être cultivé? qui a fait partie du panel ayant choisi les questions avec La Presse.

«Comment peut-on suivre l'actualité s'il nous manque autant de connaissances de base, si l'on ne sait pas, par exemple, ce qu'est une récession?»

Se pourrait-il que la maigre culture générale des Québécois soit un terreau particulièrement fertile au discours populiste qui sévit de plus en plus? se demande aussi M. Baillargeon.

Philosophe de formation, il a été consterné de constater que si peu de gens ont su dire quel philosophe, «tenu pour fondateur de la philosophie occidentale», est mort en buvant de la ciguë alors que l'indice contenu dans le libellé de la question était quand même assez énorme.

En même temps, M. Baillargeon ne manque pas de reconnaître qu'il a lui-même des carences, notamment en sport et en culture populaire.

«Je n'aurais pas eu 100% à l'examen, admet-il sans détour. Pour le deuxième plus grand exportateur de pétrole après l'Arabie saoudite, j'aurais parié sur le Venezuela [alors que c'est la Russie] et je ne savais pas que Clara Hughes était la plus grande médaillée canadienne aux Jeux olympiques.»

«Il est certain que d'être cultivé, c'est un work-in-progress et non quelque chose d'achevé».

Louise Beaudoin, ex-ministre de la Culture, est convaincue qu'il est essentiel, même en cette ère de la surspécialisation, «d'avoir un socle commun de connaissances».

«C'est quand même le paradoxe de la postmodernité. On a accès à toute la connaissance en un seul clic, mais on ne va pas la chercher», fait-elle observer, admettant pour sa part avoir des carences certaines en sciences.

On peut très bien comprendre que la personne qui n'a pas fini sa cinquième secondaire ait des connaissances limitées en histoire ou en politique, poursuit-elle. Mais que des universitaires aient mal répondu à tant de questions, cela la désole tout particulièrement. «Ça s'est perdu dans les sables mouvants de la bureaucratie, mais rappelons-nous que le but premier de la grande réforme de l'éducation mise en place par le Parti québécois [en 2000]visait spécifiquement à rehausser le niveau de connaissances générales des Québécois...»

Comment avons-nous procédé?

Quatre experts ont collaboré avec La Presse pour élaborer notre questionnaire 

Normand Baillargeon, professeur en sciences de l'éducation à l'Université du Québec à Montréal, chroniqueur et auteur (entre autres) de Liliane est au lycée, un essai sur la culture générale.

Fabienne Larouche, productrice télé et auteure de nombreuses séries à succès, dont Virginie et 30 vies, qui se déroulent dans le milieu de l'éducation.

Benoit Melançon, professeur titulaire et directeur du département des littératures de langue française de l'Université de Montréal, auteur notamment de Les yeux de Maurice Richard-Une histoire culturelle.

Julie Payette, directrice du Centre des sciences de Montréal et ex-astronaute.

Chaque panéliste a préparé une trentaine de questions réparties en six thèmes:

la politique, la sociologie, la philosophie; l'histoire et la géographie; les arts; la science et la technologie; l'économie; les sports.

Nous nous sommes ensuite rencontrés à La Presse, en compagnie de Youri Rivest, vice-président de CROP, pour choisir parmi ces questions les 33 qui figurent dans notre questionnaire.

À dessein, nous avons retenu aussi bien des questions qui mesurent la culture générale brute des gens que des questions d'actualité. «Nous avons ainsi voulu savoir si les gens cultivés sont aussi ceux qui écoutent les nouvelles, et ça s'est vérifié», explique M. Rivest.

LE SONDAGE

Au total, sur les 1000 questionnaires soumis à des adultes québécois faisant partie d'un panel web, 863 ont été retenus. Les questionnaires écartés l'ont surtout été parce que les gens avaient pris plus que les 10 minutes permises pour répondre, un chrono imposé pour éviter que les gens ne trichent

et cherchent les bonnes réponses sur l'internet.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer