Chapeaux de la GRC: l'industrie de la fourrure est intervenue

La GRC a récemment écrit à un groupe... (Photo archives La Presse)

Agrandir

La GRC a récemment écrit à un groupe de défense des droits des animaux qu'elle avait trouvé une nouvelle coiffe assez chaude pour les températures hivernales et qu'elle commencerait à les acheter pour ses policiers.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

L'Institut de la fourrure du Canada (IFC) est intervenu auprès de deux ministres fédéraux pour remettre en question le projet de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d'équiper ses agents de tuques plutôt que du traditionnel chapeau de fourrure en rat musqué.

Le directeur général de l'IFC, Glen Doucet, a reconnu mercredi que l'organisation a fait connaître ses préoccupations aux ministres de l'Environnement et de la Sécurité publique après avoir vu un reportage sur la question.

La ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq, a dit mardi que le gouvernement avait ordonné à la GRC de garder les chapeaux de fourrure.

L'IFC a souligné que ses membres ont apprécié le fort appui gouvernemental.

La GRC a récemment écrit à un groupe de défense des droits des animaux qu'elle avait trouvé une nouvelle coiffe assez chaude pour les températures hivernales et qu'elle commencerait à les acheter pour ses policiers.

L'Association pour la protection des animaux à fourrure soutient que les rats musqués sont capturés dans des pièges à mâchoires, qui peuvent les exposer aux conditions météorologiques difficiles, à la déshydratation, à la faim et aux prédateurs avant de mourir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer