Un imam veut mettre les Canadiens en garde contre l'ÉI

L'imam Syed Soharwardy, qui a fondé Musulmans contre le... (Photo Chris Young, PC)

Agrandir

L'imam Syed Soharwardy, qui a fondé Musulmans contre le terrorisme et le Conseil islamique suprême du Canada, condamne la décapitation du journaliste James Wright Foley.

Photo Chris Young, PC

Bill Graveland
La Presse Canadienne
CALGARY

Un imam albertain bien en vue compte attirer l'attention sur les croyances et les actions, selon lui contraires à l'islam, des extrémistes qui revendiquent le meurtre d'un journaliste américain au Moyen-Orient.

L'imam Syed Soharwardy, de Calgary, planifie une grève de la faim de 48 heures à partir de vendredi, pour sensibiliser la population au groupe terroriste appelé l'État islamique (ÉI).

M. Soharwardy, qui a fondé Musulmans contre le terrorisme et le Conseil islamique suprême du Canada, condamne la décapitation du journaliste James Wright Foley.

Il veut que tout le monde sache que l'ÉI ne fait pas partie de la communauté musulmane. Selon lui, le groupe, qui utilise l'islam pour détruire la paix, est formé de terroristes qui doivent être punis.

L'imam estime que la mort de M. Foley et de milliers de civils, en Syrie et en Irak, constitue un crime contre l'humanité.

Il avance aussi que les gestes violents de l'ÉI vont s'étendre au-delà du Moyen-Orient.

«Ils travaillent activement à recruter de jeunes musulmans au Canada», a dit M. Soharwardy.

La semaine dernière, le ministère des Affaires étrangères a fait état d'informations selon lesquelles un Canadien aurait été tué en Irak. Le gouvernement n'a toutefois pas confirmé qu'il s'agissait bien de Farah Mohamed Shirdon, un ancien résident de Calgary identifié par la CBC comme s'étant radicalisé au Canada, pour ensuite se rendre au Moyen-Orient pour combattre avec l'État islamique.

M. Soharwardy dit être inquiet à l'idée que cela puisse inspirer d'autres jeunes radicaux à suivre l'exemple de M. Shirdon.

Plus tôt cette année, la CBC a diffusé une vidéo de propagande de M. Shirdon brûlant son passeport canadien et menaçant le président américain Barack Obama.

Mercredi, le premier ministre Stephen Harper a dit que le meurtre de M. Foley par des militants de l'ÉI, en Irak, faisait partie d'une «dégoûtante» campagne de terreur couvrant toute la région et menaçant de plus en plus de pays.

«Nous gardons contact avec nos principaux alliés, et nous allons annoncer des mesures communes de plus dans les jours qui viennent», a indiqué M. Harper.

Des militants de l'ÉI ont décapité M. Foley et mis sur Internet une vidéo appelée «Message à l'Amérique». Ils disent l'avoir tué en réplique aux frappes aériennes commandées par le président américain contre leurs positions dans le nord de l'Irak.

M. Foley, qui était âgé de 40 ans, est disparu dans le nord de la Syrie en novembre 2012, alors qu'il travaillait comme pigiste pour l'Agence France-Presse et GlobalPost, une entreprise médiatique établie à Boston. Ses proches n'avaient pas eu de ses nouvelles depuis ce temps.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer