Exclusif

Nord de l'Alberta: recrutement difficile à Élections Canada

Élections Canada a haussé de 30% la rémunération... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Élections Canada a haussé de 30% la rémunération des employés de scrutin lors de l'élection partielle dans Fort McMurray-Athabasca, une région aux prises avec une forte pénurie de main-d'oeuvre en raison notamment de l'exploitation des sables bitumineux .

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

(OTTAWA) Élections Canada n'échappe pas à la concurrence féroce que se livrent les entreprises pour recruter des employés dans le nord de l'Alberta, une région qui connaît une forte croissance économique grâce à l'industrie des sables bitumineux.

Le directeur général de l'organisme, Marc Mayrand, a été contraint de consentir une hausse de 30% de la rémunération aux travailleurs du scrutin lors de l'élection partielle qui a eu lieu dans la circonscription de Fort McMurray-Athabasca le 30 juin, afin de faciliter le recrutement d'employés, selon des documents obtenus par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

M. Mayrand s'est servi du pouvoir discrétionnaire qu'il détient en vertu de la Loi électorale du Canada pour offrir un salaire plus élevé aux travailleurs de scrutin de cette circonscription albertaine, l'une des quatre circonscriptions où a eu lieu une élection partielle le 30 juin. Des élections partielles ont également eu lieu dans les circonscriptions de Trinity-Spadina et Scarborough-Agincourt, en Ontario, et dans Macleod, également en Alberta.

Environ 800 personnes ont été embauchées pour assurer le bon déroulement de l'élection partielle dans Fort McMurray-Arthabasca le jour du scrutin, a indiqué Diane Benson, porte-parole d'Élections Canada.

La rémunération des employés variait selon leurs fonctions. Elle était de 15,37$ l'heure pour certains et pouvait atteindre 34$ pour d'autres. Dans les autres circonscriptions, les salaires variaient de 11,82$ à 26,16$ l'heure.

Dans une note d'information approuvée par M. Mayrand et datée du 14 février, soit plusieurs semaines avant que le premier ministre Stephen Harper déclenche des élections partielles, on souligne qu'il existe une pénurie de main-d'oeuvre dans la région de Fort McMurray et que les taux de rémunération sont beaucoup plus élevés qu'ailleurs au pays.

On souligne aussi que le directeur du scrutin sera «en mesure d'attirer plus facilement la main-d'oeuvre nécessaire à la livraison de l'élection partielle et faire concurrence aux entreprises locales et autres agences gouvernementales» en offrant une augmentation de 30% du salaire.

Des entreprises de cette région, comme Tim Hortons ou McDonald's, doivent consentir des salaires frisant les 20$ l'heure pour garder leurs employés, convoités par d'autres commerces.

Mme Benson a indiqué que ce n'était pas la première fois que le directeur général d'Élections Canada utilisait son pouvoir discrétionnaire pour offrir des salaires plus alléchants à des travailleurs le jour du scrutin dans une circonscription. Élections Canada a dû avoir recours à cette mesure extraordinaire dans le passé, également dans la circonscription de Fort McMurray-Athabasca, mais aussi au Nunavut, durant les dernières élections générales, afin de faciliter le recrutement de travailleurs.

Aux élections partielles du 30 juin, le Parti conservateur a conservé les deux circonscriptions de l'Alberta, tandis que le Parti libéral a réussi à arracher la circonscription de Trinity-Spadina au Nouveau Parti démocratique, tout en gardant celle de Scarborough-Agincourt.

- Avec William Leclerc




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer