Résidences pour aînés: des normes trop peu sévères

Yves Desjardins... (Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse)

Agrandir

Yves Desjardins

Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Drame à L'Isle-Verte

Actualité

Drame à L'Isle-Verte

Incendie à L'Isle-Verte »

Le président du Regroupement québécois des résidences privées pour aînés (RQRA), Yves Desjardins, estime que les normes de sécurité incendie, imposées par le gouvernement dans les résidences privées pour personnes âgées, ne sont pas assez sévères.

Incendie: trois morts et 30 disparus à L'Isle-Verte

> La tragédie en photos

«On demande au gouvernement depuis longtemps que les systèmes de gicleurs automatiques soient obligatoires partout. Ce ne l'est toujours pas. Il faut changer la législation», estime M. Desjardins.

La résidence du Havre à L'Isle-Verte était certifiée par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Selon son certificat, émis le 25 juin 2011, la résidence possédait un système d'alarme incendie, des avertisseurs de fumée dans les chambres et était munie « partiellement » d'un système de gicleur. 

Toujours selon les informations publiées sur le site internet du ministère de la Santé, la résidence déclarait avoir deux employés présents durant la nuit (dont une infirmière auxiliaire). Il y aurait trois employés le soir et huit le jour (dont une infirmière).

M. Desjardins assure que la résidence du Havre était «impeccable». «C'est une tragédie», dit-il.

La province compte 1960 résidences privées pour aînés. En mars 2013, les normes de certification des résidences privées pour aînés ont été resserrées par Québec. Mais les normes de sécurité incendie n'ont pas été rendues plus sévères.

M. Desjardins aimerait que ça change. «On a un comité à ce sujet avec Québec. On aimerait savoir combien de résidences privées pour aînés n'ont pas encore de gicleurs», dit-il.

M. Desjardins reconnaît que pour les petites résidences, installer des systèmes de gicleurs automatiques est «très coûteux». «Mais on n'est pas contre le concept. Il faudrait aider ces petites résidences à installer ces systèmes. Il en va de la protection des aînés», dit-il.

M. Desjardins reconnaît toutefois que même si les normes de certification étaient rendues encore plus sévères, le risque zéro n'existe pas. «On peut tenter de diminuer les risques. Mais on ne peut jamais l'annuler complètement», dit-il.

-Avec Tommy Chouinard




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer