Des millions sont passés entre les mains des Lev Tahor

Certains membres de la secte Lev Tahor font... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Certains membres de la secte Lev Tahor font l'objet d'une enquête des services sociaux du Québec en raison d'allégations de négligence à l'égard d'enfants.

Photo Archives La Presse

Alors que les services sociaux déplorent les conditions hygiéniques déplorables, la négligence et l'absence de soins de santé qui sont le lot des enfants de la secte juive Lev Tahor, les «organismes de charité» dirigés par le leader du groupe ont amassé 6 millions de dollars au cours des dernières années.

Dans leurs années les plus fastes, les revenus annuels des organismes liés à la secte ultra-orthodoxe frôlaient des 2 millions de dollars, selon une enquête du Toronto Star.

La Congregation Riminov et la Society for Spiritual Development sont dirigées par le leader spirituel du groupe, le rabbin Shlomo Helbrans. Huit membres de la secte en sont les administrateurs.

Elles serviraient à financer la vie de la communauté Lev Tahor. «Nous en faisons beaucoup de choses. Nous finançons notre école, notre synagogue, notre fabrication de nourriture cachère. Nous imprimons aussi des livres», a expliqué Mayer Rosner, un membre de la secte, au quotidien torontois.

En 2005, la Congregation Riminov a déclaré des revenus de plus de 1,9 million de dollars. L'année suivante, elle rapportait au gouvernement fédéral avoir des actifs de 5,6 millions.

Il y a deux ans, la Society for Spiritual Development a reçu 4,3 millions de dollars d'un autre organisme de charité resté anonyme dans la transaction, toujours selon le Toronto Star. L'année suivante, en 2012, la Society a transféré 3,3 millions à un autre organisme de charité de la communauté juive, les Canadian Friends of Holy Land Institutions of Holy Land Institutions.

Mayer Rosner a refusé de révéler au Star qui avait fourni les 4,3 millions de dollars, mais a indiqué qu'ils étaient destinés à un projet «qui ne s'est pas concrétisé».

La semaine dernière, un tribunal québécois a ordonné le transfert en familles d'accueil de 14 enfants de la secte.

Leurs parents «n'ont pas actuellement le discernement nécessaire pour répondre aux besoins de santé des enfants», a estimé le juge en charge du dossier.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer