Vague de commentaires homophobes sur l'internet

La campagne comprend notamment une publicité télévisée dans... (Photo tirée d'une publicité du gouvernement)

Agrandir

La campagne comprend notamment une publicité télévisée dans laquelle on peut voir deux hommes s'embrasser en public.

Photo tirée d'une publicité du gouvernement

Partager

Des commentaires homophobes déferlent sur les médias sociaux en réaction à la campagne sur la diversité sexuelle lancée dimanche par le gouvernement québécois.

Cette campagne comprend notamment une publicité télévisée dans laquelle on peut voir deux hommes s'embrasser en public. Les pages Facebook de l'émission Salut, Bonjour! et du Téléjournal 18h faisaient état de cette publicité, et les réactions des internautes étaient par moment très vives. «Je trouve cette pub-là dégueulasse, dégoûtante et ridicule», écrit une internaute. «Dans certains pays, être gai est passible de peine de mort», signe un autre.

Fonds publics

Cette campagne de sensibilisation s'inscrit parmi les mesures du Plan d'action gouvernemental de lutte contre l'homophobie 2011-2016, qui se chiffre à 7,1 millions de dollars.

Des utilisateurs de Facebook déplorent le fait que des fonds publics financent une telle démarche. «C'est quand même bizarre qu'on n'ait pas d'argent pour l'éducation, on coupe dans les programmes sociaux, des gens ici au Québec ont de la misère à manger et on dépense de l'argent pour une campagne de pub contre l'homophobie...», commente l'un d'eux.

Selon le ministre de la Justice Bernard St-Arnaud, responsable de la lutte contre l'homophobie, cette campagne représente un investissement nécessaire au bien-être et à la santé des Québécois. «Quand on sait que les jeunes gais et lesbiennes sont beaucoup plus à risque de suicide, on comprend qu'il est important d'investir dans cet enjeu», soutient M. St-Arnaud.

Laurent McCutcheon, président du centre d'aide Gai Écoute, rappelle que le changement de mentalité ne se fera pas du jour au lendemain. «Il n'y a pas si longtemps, l'homosexualité était non seulement anormale, mais criminelle au pays», souligne-t-il.

Homophobie et immigration

Selon M. McCutcheon, outre l'influence du passé religieux, l'immigration en provenance de pays où l'homosexualité est interdite pourrait en partie contribuer à la problématique de l'homophobie au Québec.

«Beaucoup de gens viennent de pays où l'homosexualité est illégale, ça peut être plus difficile pour eux, affirme M. McCutcheon. On reçoit des milliers de nouveaux arrivants par année, tous ces gens ne peuvent pas changer de mentalité seulement qu'en prenant l'avion et en arrivant ici.»

Le ministre St-Arnaud n'exclut pas que les prochaines phases de la campagne de sensibilisation accordent une attention plus particulière aux nouveaux arrivants. Le ministre a aussi évoqué la possibilité de tenir des séances d'accueil pour mieux leur présenter le Québec. «Il faudrait peut-être tenir ce genre de cérémonies d'accueil en présentant les valeurs québécoises, dont la diversité sexuelle, qui en fait partie intégrante», précise le ministre.

Dans le communiqué de presse publié par le Parti québécois et décrivant les divers volets de cette campagne, on pouvait lire que «pour joindre les clientèles anglophones, particulièrement les communautés culturelles, un message radio sera diffusé en anglais».

Malaise en public

Line Chamberland, titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie de l'Université du Québec à Montréal, note que les commentaires négatifs des internautes visent particulièrement les démonstrations d'affection en public.

«C'est comme si on disait: je n'ai rien contre la diversité sexuelle, mais il ne faut surtout pas que je la voie, surtout si c'est deux hommes!», décrit Mme Chamberland.

Cette dernière souligne qu'il est important de sensibiliser l'ensemble de la population, mais elle refuse de faire porter une partie du fardeau de l'homophobie à l'immigration.

«De nombreux immigrants sont venus au Québec justement parce qu'ils n'étaient pas d'accord avec les valeurs de leur pays d'origine, estime-t-elle. De plus, une partie significative de la communauté gaie et lesbienne est constituée d'immigrants, je crois que ce serait faire fausse route que de présumer de leur homophobie.»

Les homosexuels sont 2,5 fois plus souvent victimes de crimes violents que les hétérosexuels.

16% des crimes haineux déclarés au Canada étaient motivés par l'orientation sexuelle en 2010.

En milieu de travail, le quart des personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles ou transgenres dissimulent leur orientation sexuelle.

38,6% des élèves du secondaire auraient été victimes d'incidents à caractère homophobe, comme des insultes, des moqueries et de l'exclusion.

Sources: L'impact de l'homophobie et de la violence homophobe sur la persévérance et la réussite scolaires, UQAM, Line Chamberland, Gilbert Émond, Danielle Julien et Joanne Otis (2010), et Statistique Canada.

STATISTIQUES

Les homosexuels sont 2,5 fois plus souvent victimes de crimes violents que les hétérosexuels
16 %
AU CANADA
des crimes haineux déclarés étaient motivés par
l′orientation sexuelle en 2010
25 %
EN MILIEU DE TRAVAIL
des personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles ou transgenres dissimulent leur orientation sexuelle
38,6 %
AU SECONDAIRE
des élèves auraient été victimes d′incidents à caractère homophobe, comme des insultes, des moqueries et de
l′exclusion
Sources: L′impact de l′homophobie et de la violence homophobe sur la
persévérance et la réussite scolaires, UQAM, Line Chamberland, Gilbert Émond,
Danielle Julien et Joanne Otis (2010), et Statistique Canada.
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer