Un «investisseur» français atteint par balle dans sa décapotable

  • Un homme de 39 ans a été atteint par au moins un projectile d'arme à feu alors qu'il se trouvait au volant d'une décapotable. (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

    Plein écran

    Un homme de 39 ans a été atteint par au moins un projectile d'arme à feu alors qu'il se trouvait au volant d'une décapotable.

    Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

  • 1 / 4
  • L'événement est survenu sur la rue Bélanger, entre les rues Fabre et Garnier. (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

    Plein écran

    L'événement est survenu sur la rue Bélanger, entre les rues Fabre et Garnier.

    Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

  • 2 / 4
  • Une arme de poing a été abandonnée sur place. (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

    Plein écran

    Une arme de poing a été abandonnée sur place.

    Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

  • 3 / 4
  • La victime a été transportée à l'hôpital et on craint pour sa vie. (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

    Plein écran

    La victime a été transportée à l'hôpital et on craint pour sa vie.

    Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

  • 4 / 4

L'homme atteint d'une balle à la tête lundi alors qu'il se trouvait au volant de sa décapotable dans l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie est un « investisseur » français qui s'est fait beaucoup d'ennemis pendant son séjour au Québec, selon ce qu'a appris La Presse.

Samy Mokaddem, 39 ans, était toujours à l'hôpital, lundi soir, dans un état qualifié de « critique mais stable ». Le citoyen français avait arrêté sa Bentley devant un commerce de cigarettes électroniques, rue Bélanger, entre les rues Fabre et Garnier, vers 13 h 30. Il faisait un soleil éclatant, et le toit de la voiture était abaissé.

Un témoin a raconté avoir vu un homme portant un capuchon s'approcher, coller une arme près de la mâchoire de l'automobiliste, puis tirer un seul coup de feu avant de prendre la fuite à pied. Une arme de poing a d'ailleurs été retrouvée, abandonnée sur le trottoir.

« J'étais en train de sortir mon recyclage et j'ai entendu un "pow !" Je pensais que c'était un coup de marteau », a raconté à La Presse une résidante du coin, Lisette Thériault.

UN « DUR »

Des sources bien informées ont décrit Samy Mokaddem comme un « dur », tour à tour investisseur, homme d'affaires, prêteur d'argent privé, collecteur de dettes qui se fait parfois accompagner par un entourage intimidant lorsque vient le temps de récupérer de l'argent d'un débiteur.

Il dirige une entreprise d'investissements baptisée Investissements IJ Canada Inc., établie au centre-ville de Montréal. Dans son inscription au Registre des entreprises, il a déclaré que l'actionnaire principal de son entreprise était une firme établie à Montreuil-sur-Epte, petite commune française à une heure de route de Paris.

Au Québec, Mokaddem serait proche de membres de gangs de rue de Montréal et aurait un lien familial avec une étoile montante du crime organisé à Montréal, selon nos informations. Récemment, il aurait fait part de son intention d'ouvrir un commerce de cannabis légal.

ARRÊTÉ POUR EXTORSION

L'automne dernier, il a été arrêté par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour intimidation et extorsion à l'endroit de plusieurs personnes, dont l'homme d'affaires Michel Strecko et une de ses connaissances, Daniel Leduc (La Presse a tenté de les joindre sans succès, lundi).

Strecko, qui a lui-même déjà été reconnu coupable d'extorsion et qui est actuellement accusé de s'être faussement fait passer pour un avocat, avait expliqué aux autorités que Samy Mokaddem l'a pourchassé pour récupérer une somme de plusieurs millions de dollars au nom d'un certain Pierre Champagne, condamné à 42 mois de prison dans une affaire de fraude liée à l'industrie de la construction.

Samy Mokaddem, de son côté, avait expliqué lors de son interrogatoire par la police qu'il avait transféré 1 million d'euros à diverses personnes au Québec en 2013 pour y devenir investisseur et qu'il tentait seulement de récupérer son argent lorsqu'il avait approché Strecko.

Mokaddem dit avoir été floué dans ses démarches pour devenir immigrant investisseur et avoir conséquemment reçu en 2016 une lettre des autorités de l'immigration qui lui annonçait qu'il serait expulsé du pays.

Il comptait présenter sa version des faits à son procès, sous peu. Pour ce faire, il a dû remettre son passeport français et s'engager à ne pas s'approcher de Strecko, de Leduc, ainsi que d'un ancien avocat du nom de Jean-François Brière.

HABITUÉ DES TRIBUNAUX

Mokaddem s'est aussi présenté devant les tribunaux ces dernières années pour faire fermer le blogue personnel d'une femme qui l'accusait d'être un escroc, de se livrer à toutes sortes d'arnaques et de payer des gens avec des chèques qu'il savait sans provision.

Il a aussi comparu devant la Régie du logement à quelques reprises pour des dettes de loyer de plusieurs milliers de dollars. Un de ses propriétaires s'est plaint qu'il le payait justement avec des chèques sans provision.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer