Fusées de détresse à Fermont: fin des recherches

Fermont, sur la Côte-Nord.... (Photo FRANÇOIS ROY, Archives LA PRESSE)

Agrandir

Fermont, sur la Côte-Nord.

Photo FRANÇOIS ROY, Archives LA PRESSE

La Presse Canadienne
FERMONT

La Sûreté du Québec (SQ) a mis fin aux recherches pour retrouver la personne qui a lancé des fusées de détresse dimanche soir dans un secteur forestier situé à proximité de Fermont, sur la Côte-Nord.

Un secteur de 20 km carrés a été survolé en hélicoptère, mardi, mais aucune trace ni indice n'a permis de retracer qui que ce soit en détresse.

Les policiers affirment avoir reçu bien peu d'informations depuis le début des opérations. Il est même possible que personne ne soit en situation de détresse, si bien que la SQ demande à la ou les personnes qui auraient lancé les fusées de détresse de se manifester.

Entre-temps, elle a mis fin à ses recherches vers 15h mardi.

Dimanche soir, un automobiliste qui circulait sur la route 389 a aperçu une fusée de détresse alors qu'il se trouvait à environ une heure de route de Fermont.

Ce citoyen, qui habite au Labrador, a contacté les policiers, qui assistés du service d'incendie de Fermont, ont sillonné les lieux à motoneige. Au cours de cette première patrouille, une seconde fusée de détresse a été aperçue. Les secouristes ont pu préciser leurs recherches, mais n'ont rien trouvé.

Lundi, les équipes de secours sont sorties à nouveau, mais elles ont été limitées dans leur progression en raison du grésil, d'une visibilité nulle et d'un plafond nuageux très bas qui rendait impossible le repérage visuel du haut des airs.

Nathalie Girard, de la Sûreté du Québec (SQ), a précisé que lundi, une dizaine de chalets qui se trouvaient dans ce secteur ont tout de même pu être vérifiés et que toutes les traces de motoneiges ont été suivies, mais n'ont pas permis de trouver l'origine des signaux.

Mardi matin, un hélicoptère de la SQ a pu décoller avec, à son bord, un policier de Fermont qui connaît très bien la région.

Évidemment, plus le temps s'écoule, plus les risques s'accroissent pour la personne qui pourrait se trouver en détresse, mais les policiers n'excluent pas que ces appels de détresse soient tout simplement non fondés.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer