Les documents sur les pensionnats autochtones pourront être détruits

Lorna Standingread (à gauche), survivante des pensionnats autochtones,... (PHOTO BLAIR GABLE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Lorna Standingread (à gauche), survivante des pensionnats autochtones, lors de la journée de clôture des travaux de la commission Vérité et réconciliation

PHOTO BLAIR GABLE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

La Cour suprême du Canada affirme que les documents détaillant les agressions subies par d'anciens élèves des pensionnats autochtones pourront être détruits.

La décision unanime du plus haut tribunal du pays clarifie cet enjeu qui opposait le droit à la vie privée des victimes à l'importance de documenter ce chapitre sombre des relations entre le Canada et les peuples autochtones.

D'anciens élèves ont témoigné des agressions physiques, sexuelles et psychologiques dans le cadre d'une évaluation indépendante visant à leur verser une indemnisation.

La Cour suprême a confirmé le jugement d'un tribunal inférieur indiquant que le matériel devrait être détruit après 15 ans. Des individus peuvent toutefois accepter de préserver leur histoire au Centre national pour la vérité et réconciliation à Winnipeg.

Le gouvernement fédéral n'a donc pas réussi à convaincre les juges que les documents devaient être entièrement préservés afin de s'assurer que ce qui s'est produit dans les pensionnats autochtones ne sera jamais oublié.

Il affirmait que les lois fédérales gouvernant l'accès à l'information, le droit à la vie privée et les archives offraient l'équilibre nécessaire pour conserver les documents ayant une valeur historique tout en protégeant la vie privée et la confidentialité.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer