Lino Zambito a été espionné par la SQ l'automne dernier

Lino Zambito a appris hier que ses communications privées... (Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse)

Agrandir

Lino Zambito a appris hier que ses communications privées avaient été interceptées et que ses activités avaient été observées, l'automne dernier.

Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) ont remis hier en main propre à Lino Zambito une lettre l'avisant que ses communications privées avaient été interceptées et que ses activités avaient été observées, l'automne dernier. Les opérations policières concernaient l'enquête sur le financement politique du Parti libéral du Québec (PLQ), appelée Mâchurer, menée par l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

« Je ne vois pas la pertinence. Je ne suis plus en affaires depuis 2011, j'ai témoigné à la commission Charbonneau et j'ai été condamné. Il n'y a plus un libéral qui veut me parler depuis longtemps », a déclaré à La Presse Lino Zambito.

La lettre datée du 14 février dernier est signée par un procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Il s'agit d'un avis - conformément aux dispositions du Code criminel - indiquant que la police a été autorisée à faire de l'écoute électronique et à épier les faits et gestes de M. Zambito entre le 21 octobre et le 19 décembre 2016.

Cet élément vient confirmer que l'enquête Mâchurer sur le financement politique du PLQ était encore active récemment. Cette enquête vise plusieurs personnes, dont l'ancien premier ministre Jean Charest, le collecteur de fonds et homme d'affaires Marc Bibeau, ainsi que l'ex-ministre libérale et responsable du financement du PLQ Violette Trépanier.

RENCONTRER L'UPAC

Il y a 10 jours, l'ancien témoin-vedette de la commission Charbonneau a également reçu la visite de deux policiers venus lui remettre une autre lettre. Cette fois, il s'agissait d'une demande de l'UPAC pour une rencontre concernant les déclarations récentes de M. Zambito aux médias.

Le 4 avril dernier, M. Zambito a affirmé à l'animateur Benoît Dutrizac, du 98,5FM, que 600 000 $ comptants ont été amassés lors de deux cocktails-bénéfices du PLQ (en 2003 et en 2005), qui se sont déroulés au Sheraton à Laval. La somme de 400 000 $ aurait été placée dans une valise qui a été déposée dans la voiture de fonction de Jean Charest. C'est l'ancien patron de la firme BCIA Luigi Coretti qui aurait assuré la sécurité durant les événements.

La lettre de l'UPAC indique que M. Zambito serait disposé à rencontrer les enquêteurs le 24 mai prochain. Ce serait Luigi Coretti qui aurait pris contact avec l'UPAC et aurait indiqué que M. Zambito était prêt à parler.

Il n'en est rien, a tranché M. Zambito, qui a souligné, par ailleurs, que M. Coretti n'avait pas de mandat pour parler en son nom. 

Selon Lino Zambito, « c'est du maquillage pour permettre à Robert Lafrenière de dire que la collaboration se poursuit » alors qu'il doit rendre des comptes en commission parlementaire, aujourd'hui.

« J'ai dit aux gars de l'UPAC que je ne fais plus de déclaration écrite à l'UPAC parce que j'ai perdu confiance en leur boss, M. Lafrenière. Il fait trop de politique et il a des liens avec le bureau du premier ministre. Mais on peut jaser », a indiqué M. Zambito.

Ce dernier assistera aujourd'hui à la présentation du grand patron de l'UPAC devant les députés. « Je veux m'assurer que Robert Lafrenière dit la vérité en ce qui me concerne. Je vais rectifier les faits, si nécessaire », a-t-il prévenu.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer