Le directeur adjoint du SPVM suspendu

Bernard Lamothe est issu des enquêtes criminelles, où... (OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Bernard Lamothe est issu des enquêtes criminelles, où il a oeuvré pendant presque toute sa carrière.

OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En raison de nouvelles allégations portées à l'attention de la Sûreté du Québec, le chef du SPVM Philippe Pichet a suspendu temporairement de ses fonctions le directeur adjoint Bernard Lamothe, vendredi.

L'annonce en a été faite à tous les policiers par courriel. Les motifs qui justifient cette suspension n'ont pas été explicités dans l'immédiat.

Le grade de directeur adjoint est le plus élevé mis à part celui du directeur, à la police de Montréal. Bernard Lamothe est issu des enquêtes criminelles, où il a oeuvré pendant presque toute sa carrière.

Hier, en entrevue avec l'animateur radio Paul Arcand, le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur, a évoqué un cas d'ingérence inappropriée d'un cadre supérieur dans une enquête criminelle. La période à laquelle il faisait référence correspond à un épisode rapporté par La Presse en janvier 2016.

Le commandant de l'Escouade Éclipse et le directeur adjoint Lamothe étaient intervenus dans le dossier de l'arrestation du fils d'une dame qui siégeait à un comité de liaison du SPVM avec la communauté noire. Des policiers avaient porté plainte pour entrave à leur travail. La fuite de ces informations dans La Presse avait été un des éléments utilisés pour justifier l'espionnage de journalistes, dont le chroniqueur Patrick Lagacé.

Par ailleurs, La Presse dévoilait mardi le contenu d'une lettre de six pages envoyée à l'ancien directeur du SPVM Marc Parent en 2014 par les anciens policiers Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione, les mêmes qui ont fait un passage remarqué à l'émission J.E. pour accuser la division des affaires internes du SPVM d'avoir fabriqué de la preuve afin de se débarrasser de policiers dérangeants.

La lettre de 2014, qui avait aussi été envoyée au ministère de la Sécurité publique, énumérait une série d'allégations sur un enquêteur rival de Di Feo et Cacchione, Philippe Paul. Elle pointait aussi du doigt Bernard Lamothe, accusé d'avoir protégé ce dernier.

Impossible de dire pour le moment si ces allégations ont quoi que ce soit à voir avec la suspension du directeur adjoint.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer