Québec: une jeune femme arrêtée pour cruauté animale et bestialité

Le Service de police de la Ville de... (Photo François Roy, archives La Presse)

Agrandir

Le Service de police de la Ville de Québec a emmené la jeune femme du logement du quartier Limoilou et a ouvert une enquête après avoir reçu des plaintes.

Photo François Roy, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Québec

Une femme dans la vingtaine a été arrêtée jeudi soir dans un logement de Québec après que des citoyens eurent dénoncé la présence sur les réseaux sociaux d'images montrant de la cruauté envers des animaux.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a emmené la jeune femme du logement du quartier Limoilou et a ouvert une enquête après avoir reçu des plaintes. La dame a ensuite été remise en liberté sous promesse de comparaître au tribunal à une date ultérieure.

La suspecte devrait faire face à des accusations de cruauté envers les animaux et de bestialité, ce qui signifie que la police croit qu'il y a eu acte sexuel impliquant un être humain et un animal.

Deux chiens et un chat qui étaient dans le logement lors de l'arrestation ont été confiés à l'organisme « Les fidèles moustachus », un refuge pour animaux domestiques situé à Québec.

En principe, ces animaux pourraient être offerts en adoption, mais rien n'est plus sûr, selon la vétérinaire Caroline De Jaham, présidente d'ANIMA, l'Association nationale d'intervention pour le mieux-être des animaux.

« Les animaux domestiques qui ont été abusés, qui ont vécu de l'anxiété ou du stress, peuvent facilement devenir des animaux qui ne sont plus aptes à cohabiter avec des êtres humains », a-t-elle dit.

« La peur engendre éventuellement l'agressivité chez certains d'entre eux; ils peuvent devenir agressifs ou surprotecteurs ou mal interpréter les signaux des humains parce qu'ils ont vécu des formes d'abus pendant trop longtemps. »

La présidente d'ANIMA Québec, qui a longtemps oeuvré comme intermédiaire pour la prise en charge d'animaux victimes de négligence ou de cruauté, est toutefois incapable de dire dans quel état ces animaux peuvent se trouver, les cas de bestialité étant extrêmement rares.

« Je n'ai jamais eu de cas de répertoriés du temps où on s'occupait de ces dossiers chez Anima Québec, alors j'ai du mal à prédire quel pourrait être le comportement de ces animaux-là. »

A contrario, les bêtes victimes de négligence sont beaucoup plus susceptibles de se trouver un nouveau foyer, mais exigent une période d'adaptation.

« La plupart du temps, le genre de cruauté qu'on voit, c'est de la négligence chronique, de la malnutrition, un manque de soins de manière chronique et un manque d'interaction avec l'humain. »

« Ça n'en fait pas des animaux agressifs, mais souvent ils manquent de socialisation avec l'être humain et ils ne savent pas comment jouer avec des humains, par exemple. Mais étonnamment, les animaux nous pardonnent beaucoup de choses », a-t-elle conclu.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer