Pas de nouvelles accusations contre Ugo Fredette

Ugo Fredette doit comparaître pour le meurtre non... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Ugo Fredette doit comparaître pour le meurtre non prémédité de sa conjointe Véronique Barbe, retrouvée morte le 14 septembre dernier à Saint-Eustache.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dos voûté et tête penchée, Ugo Fredette a comparu lundi matin au palais de justice de Saint-Jérôme pour répondre à une accusation de meurtre non prémédité. Aucun autre chef d'accusation n'a été déposé par la Couronne concernant l'enlèvement d'un enfant et la mort d'Yvon Lacasse, l'homme de 71 ans retrouvé mort dans les Laurentides la semaine dernière.

Amorphe, Ugo Fredette n'a pas réagi durant la brève comparution dans le box des accusés. À sa première apparition publique depuis son arrestation, il n'a jamais relevé la tête en direction du juge, fixant le sol pendant plusieurs minutes. Vers la fin de l'audience, il tanguait même légèrement, comme s'il avait de la difficulté à rester droit. Il n'avait aucune blessure apparente. Rappelons que Fredette s'était infligé des blessures durant sa détention en Ontario la semaine dernière. Il a été jugé apte à comparaître.

L'homme de 41 ans est accusé d'avoir tué sa conjointe Véronique Barbe, retrouvée morte le 14 septembre dernier à Saint-Eustache. C'est le seul chef d'accusation déposé contre lui pour le moment. «Compte tenu du déploiement policier, de toute la preuve de ce dossier, les expertises dont on attend le résultat, je ne suis pas en mesure de prendre position pour l'instant. Ce n'est pas une course. Monsieur [Fredette] est détenu présentement et on prendra position lorsque ce sera le temps», a indiqué le procureur de la Couronne, Me Steve Baribeau, en mêlée de presse.

Ainsi, Me Baribeau n'a pas exclu pas que d'autres accusations soient éventuellement déposées contre l'accusé à la suite de la divulgation de la preuve le 31 octobre prochain. Ugo Fredette avait tenu le Québec en haleine en lien avec l'enlèvement d'un enfant qui a provoqué le déclenchement d'une alerte AMBER le 14 septembre. L'enfant, dont l'identité est protégée par la loi, a été retrouvé sain et sauf.

Le tribunal a interdit lundi Ugo Fredette de contacter une dizaine de personnes pendant sa détention, dont des membres de sa famille et de la famille de la victime. Des proches d'Yvon Lacasse se retrouvent aussi sur cette liste.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer