Bébé abandonné dans un logement en feu: la gardienne accusée

Josée Milot... (tirée de Facebook)

Agrandir

Josée Milot

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Josée Milot, la gardienne qui a abandonné un bébé dans un logement en flammes à Montréal, alors qu'elle était possiblement intoxiquée, a été formellement accusée cet après-midi d'avoir abandonné un enfant, d'avoir omis de fournir les choses nécessaires à la vie d'un enfant et d'avoir causé un incendie criminel par négligence.

Détenue à la prison de Rivière-des-Prairies, Josée Milot a brièvement comparu par vidéoconférence au palais de justice de Montréal. Tantôt les bras croisés, tantôt les mains appuyées sur le lutrin, l'accusée a semblé nerveuse pendant la comparution, où elle n'a prononcé que quelques mots, saluant son avocat «Tony» à la toute fin.

Ce dernier, Me Antonio Cabral, a indiqué à la sorite de l'audience que sa cliente «semblait choquée par tous les évènements qui se sont produits, et dont elle a été témoin ».

Josée Milot doit subir son enquête sur remise en liberté mardi prochain à Montréal, puisque la Couronne s'oppose à sa libération pendant la durée des procédures judiciaires. La femme de 49 ans, aux nombreux antécédents judiciaires, est aussi accusée de ne pas s'être présentée à la cour dans une autre affaire.

« C'est sûr que c'est quelqu'un qui n'a pas un parcours facile, qui vient d'un milieu défavorisé et qui a eu beaucoup de dossiers de consommation dans le passé. Ces dossiers parlent d'eux-mêmes. Le parcours de madame n'a pas été facile», a déclaré Me Antonio Cabral. Ce dernier convient que sa cliente fait face à des «chefs d'accusation importants» dans cette affaire. Ces trois chefs d'accusations sont passibles d'une peine d'emprisonnement maximal de cinq ans.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Josée Milot gardait la fille de 1 an de sa voisine, lorsqu'un incendie s'est déclenché dans la cuisine de l'appartement de la rue Dézéry, dans l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. La gardienne est accusée d'avoir abandonné le poupon dans l'appartement au moment de l'incendie. Le bébé a été sauvé grâce à l'intervention quasi-miraculeuse de policiers montréalais qui se trouvaient par hasard juste en face de l'appartement. L'enfant n'a pas subi de blessures importantes.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer