Incendie à Terrebonne: les gicleurs devaient être testés bientôt

Quarante-trois personnes âgées ont dû être évacuées du... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Quarante-trois personnes âgées ont dû être évacuées du centre d'accueil Oasis, situé sur la rue Saint-Louis.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Terrebonne) Une femme de 94 ans a perdu la vie après avoir subi de graves brûlures dans l'incendie qui a ravagé une résidence pour aînés de Terrebonne, à l'est de Montréal, dimanche matin. Le système de gicleurs pourrait ne pas avoir fonctionné.

« On sait qu'ils étaient en réaménagement, le test d'eau était supposé se faire d'ici quelques jours. Est-ce que le système est parti, on ne sait pas. Ils n'étaient peut-être pas fonctionnels, on ne peut pas répondre précisément », a déclaré en point de presse la ministre responsable des aînés, Francine Charbonneau.

Une employée rencontrée ce matin sur les lieux de l'incendie affirme que des exercices d'évacuation étaient réalisés deux fois l'an et que les pompiers venaient sur place faire les vérifications d'usage. Les gicleurs étaient en cours d'installation, dit-elle. « Ils étaient mis sur bien des étages, mais je pense qu'il en restait à installer au 3e », a dit hier Rita Boucher, une employée de la résidence.

Le feu, qui pourrait être d'origine criminelle, a forcé l'évacuation de 44 personnes âgées du centre d'accueil Oasis, situé sur la rue Saint-Louis. Toutes ont été transférées à l'hôpital Le Gardeur au beau milieu de la nuit. Deux personnes sont toujours hospitalisées. On souhaite relocaliser les autres résidents d'ici tout au plus deux jours.

« On a mobilisé des spécialistes en santé mentale pour s'occuper des personnes qui sont un peu plus en détresse. On vient de casser complètement la routine de certaines personnes et il faut les sécuriser dans le processus de transfert. C'est sur qu'il y aura un choc et qu'il faut s'en occuper », a dit Christian Gagné, président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière.

Une évacuation rapide

Selon les témoins rencontrés sur place, le brasier semble avoir pris naissance à l'arrière du bâtiment et s'est propagé rapidement.

David Charbonneau dit qu'il a été l'un des premiers arrivés sur les lieux. Il passait par hasard devant l'établissement quand il a vu les flammes « Il y avait un monsieur sur son balcon. Avec les pompiers on a mis un trampoline en dessous et on essayait de dire au monsieur de sauter, mais c'est quand même une personne âgée », dit-il.

Les pompiers, dit-il, sont arrivés comme « de vrais sauveurs ». Soixante-dix pompiers de Terrebonne et des municipalités avoisinantes ont combattu les flammes.

Rita Boucher, une employée de la résidence, s'inquiétait ce matin pour ceux qu'elle côtoie deux jours par semaine. « Ils doivent avoir paniqué. Je crois qu'ils ont tout donné pour sortir, a-t-elle dit dans un sanglot. Ça allait bien et dans une nuit, on perd tout. »

La police de Terrebonne a transféré l'enquête à la Sûreté du Québec, qui indique que « certains éléments sont suspects ». L'incendie dans la résidence s'est déclaré au coeur d'une nuit qui semble avoir été mouvementée dans le secteur, puisque épisodes de vandalisme ont eu lieu à Terrebonne dans la nuit de samedi à dimanche. Des voisins de la résidence ont vu leur voiture être endommagée et un parc situé non loin de là a également été vandalisé.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer