Syndrome de l'enfant secoué: les exploitants d'une garderie libérés des accusations

Gorette Masembua, 39 ans, était accusée de voies de... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Gorette Masembua, 39 ans, était accusée de voies de fait graves.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que les exploitants d'une garderie de LaSalle se présentaient devant le juge pour l'enquête préliminaire relative à des sévices graves envers une enfant de 18 mois, en Cour du Québec, hier à Montréal, ils ont plutôt été libérés des accusations qui pesaient contre eux.

Gorette Masembua, 39 ans, était accusée de voies de fait graves, tandis que l'homme, Dimandja Kakesse, 40 ans, faisait face à des accusations d'entrave et de complicité après le fait. La victime alléguée aurait été affectée par le syndrome de l'enfant secoué, en 2014.

Hier, le procureur de la Couronne Olivier Charbonneau a indiqué au juge Jean-Paul Braun qu'il n'avait pas de preuve à offrir. Mme Masembua et M. Kakesse sont repartis soulagés. Me Rodolphe Bourgeois, qui les représentait, était heureux du dénouement, mais ne s'emballait pas. «Ça s'est fait à la suite d'une réévaluation du dossier. C'est terminé pour l'instant, mais la Couronne a 12 mois pour réactiver le dossier», a-t-il dit. Il a fait valoir que la science a des incertitudes en matière de bébé secoué, par exemple quand vient le temps de déterminer à quel moment un enfant aurait pu être secoué.

État critique

Dans le cas qui nous occupe, les faits allégués seraient survenus en mars 2014, alors que l'enfant fréquentait la garderie Les Petits Anges. Le 3 mars, Mme Masembua avait téléphoné à la mère de la petite pour lui dire que cette dernière vomissait par la bouche et les narines et qu'elle avait de la difficulté à respirer. L'enfant est arrivée à l'hôpital en arrêt cardiorespiratoire, et les médecins ont craint pour sa vie. Elle présentait des hémorragies au cerveau et aux yeux. Les médecins ont conclu qu'il y avait là des signes du syndrome de l'enfant secoué. La petite s'en est finalement tirée, mais elle est devenue aveugle et présente des retards de développement. Or, il semblerait que l'enfant ait présenté des symptômes inhabituels pendant les deux dernières semaines de février 2014.

Il y a quelques mois, les parents de l'enfant ont intenté une poursuite civile en dommages de 3,5 millions contre Mme Masuemba, M. Kakesse et la garderie.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer