Immigration illégale: un militant libéral accusé

Daljit Singh Kalkat, ex-président de l'India Canada Organization,... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Daljit Singh Kalkat, ex-président de l'India Canada Organization, photographié ici avec Justin Trudeau avant qu'il ne devienne chef du Parti libéral ainsi que le député Stéphane Dion.

Photo archives La Presse

Les autorités fédérales ont déposé une série d'accusations contre un militant libéral qui aurait mis sur pied un système d'immigration illégale massive à l'époque où il aidait des politiciens montréalais à faire le plein de votes.

Dans un communiqué envoyé jeudi, l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) explique que selon son enquête, au moins 250 personnes auraient agi sous les conseils de Daljit Singh Kalkat, l'ancien président de l'India Canada Organization, un groupe communautaire pour immigrants d'origine indienne à Montréal. Plusieurs de ces individus pourraient maintenant voir leur statut au Canada révoqué.

M. Kalkat, qui doit comparaître en cour le 3 mars, est accusé d'avoir incité des personnes à faire des fausses représentations, d'avoir possédé et utilisé des documents frauduleux, d'avoir fait le trafic de documents contrefaits, d'avoir travaillé sans autorisations au Canada et d'avoir travaillé illégalement comme conseiller en immigration. Les faits reprochés ont été commis entre 2004 et 2012.

Pendant les dernières années des faits reprochés, Daljit Singh Kalkat était un leader et un militant bien en vue dans sa communauté, notamment dans le quartier Parc-Extension, au coeur de la circonscription électorale de Justin Trudeau.

L'an dernier cinq sources bien informées dans la circonscription avaient confirmé à La Presse l'important travail de mobilisation effectué par M. Kalkat en faveur de M. Trudeau au fil des ans. M. Kalkat lui-même croyait avoir fait une différence aux élections. « J'ai travaillé dans la circonscription, je les ai aidés, j'ai organisé des assemblées », avait-il déclaré.

« Je crois que c'est un vote qui swing, autour de 1500 votes dans Parc-Extension », disait-il au sujet des électeurs qu'il pouvait mobiliser. L'attachée de presse de M. Trudeau avait assuré à l'époque que M. Kalkat n'avait occupé aucun poste officiel au PLC. Hier, elle n'a pas rappelé La Presse à ce sujet.

« Il est choquant que Justin Trudeau ait fait preuve de tant de manque de jugement en ayant une relation aussi proche avec un tel individu », s'est exclamée hier Alexis Pavlich, porte-parole du ministre de l'Immigration Chris Alexander.

« Nous avons proposé des réformes à la loi pour s'attaquer aux consultants en immigration malhonnêtes, nous espérons que les Libéraux vont appuyer ces réformes », a-t-elle ajouté.

Au provincial aussi

M. Kalkat a aussi milité pour Gerry Sklavounos, député libéral de Laurier-Dorion à l'Assemblée nationale. En mai dernier, il siégeait toujours à l'association libérale de la circonscription, comme représentant élu de la communauté indienne. Hier, la porte-parole du PLQ n'a pas rappelé à ce sujet.

M. Kalkat a souvent sorti son chéquier pour les partis qu'il appuyait : il a versé 1714 $ en contributions aux libéraux fédéraux et 1255 $ au PLQ en 2010.

L'ASFC avait commencé son enquête en 2011 après avoir reçu des informations d'un dénonciateur dans la communauté et un rapport de ses représentants en Inde. Le document, dont La Presse a pu obtenir certains passages en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, soulignait la forte augmentation des demandes d'asile par des ressortissants indiens à Montréal. Curieusement, des dizaines de migrants qui se dirigeaient vers d'autres provinces canadiennes prenaient la peine de venir présenter leur demande d'asile à Montréal.

En 2013, à la suite de plusieurs perquisitions, l'ASFC a découvert une nouvelle filière de faux réfugiés, d'origine népalaise, ceux-là, qui auraient eux aussi utilisé M. Kalkat pour frauder le système d'immigration.

La SQ aussi enquête

M. Kalkat n'est pas au bout de ses peines. La SQ a aussi perquisitionné ses bureaux dans le cadre d'une enquête sur un stratagème permettant à des immigrés indiens bénéficiaires de l'aide sociale de continuer à percevoir leur chèque au Québec tout en allant vivre et travailler au noir en Ontario.

En 2012, le quotidien The Gazette a par ailleurs révélé une autre facette cachée du passé de M. Kalkat. Des policiers du SPVM l'ont arrêté pour menaces en 2006. Il a été blanchi des accusations, mais les agents ont découvert en prenant ses empreintes digitales qu'il vit au Canada sous une fausse identité.

Son vrai nom est Baljeet Singh Wadyal. Il a fait quatre ans de prison aux États-Unis pour possession d'héroïne en vue d'en faire le trafic, puis a changé de nom au début des années 90 pour pouvoir entrer au Canada.

Le principal intéressé n'était pas disponible pour une entrevue jeudi.

-Avec la collaboration de William Leclerc




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer