Projet SharQc: le Hells Angels Guy Rodrigue déjà libéré

Guy Rodrigue... (Photo fournie par la Sûreté du Québec)

Agrandir

Guy Rodrigue

Photo fournie par la Sûreté du Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Deux semaines après s'être livré à la police à la suite d'une cavale de plus de sept ans, l'influent Hells Angels de Sherbrooke Guy Rodrigue a été libéré de toutes les accusations auxquelles il faisait face depuis l'opération SharQc d'avril 2009.

Le dernier Hells Angels toujours en cavale jusqu'à ce matin, Claude Gauthier, membre de la section de Trois-Rivières, a lui aussi bénéficié d'un arrêt complet des procédures et son mandat d'arrestation a été annulé, ce qui n'en fait plus un fugitif. Gauthier était jusqu'à ce matin sur la liste des dix criminels les plus recherchés au Québec.

Les deux hommes faisaient toujours face aux 29 chefs originaux de meurtres, tentatives de meurtre, complot, trafic de stupéfiants et gangstérisme.

«Le DPCP a pris la décision d'arrêter les procédures aujourd'hui en tenant compte des implications juridiques de la décision du juge Brunton rendue le 9 octobre 2015», a laconiquement expliqué le porte-parole du DPCP, Me Jean-Pascal Boucher.

Rappelons que le juge Brunton a mis fin prématurément au seul procès de SharQc entamé contre cinq Hells Angels de Sherbrooke «pour un grave abus de procédures», car la Poursuite a tardé à divulguer une partie de la preuve que la Défense réclamait depuis quatre ans, que cette preuve est finalement devenue accessible en plein procès, et qu'une partie de celle-ci contredisait le témoin Boulanger.

Une page tournée

La libération des deux derniers accusés signifie pratiquement la fin de la saga SharQc, que la Poursuite et la police voudront sûrement mettre derrière eux. D'autant plus qu'elles n'ont pas connu une bonne semaine avec la publication du rapport Lortie et l'acquittement hier par la Cour d'appel du Rock Machine Tony Duguay, condamné à la prison à vie pour le meurtre du Hells Angels Normand «Biff» Hamel commis à Laval en 2000.

Dans le box des accusés, Guy Rodrigue est resté impassible jusqu'à ce qu'il esquisse un sourire à son avocate et échange quelques mots avec elle à la fin de l'audience. Il a demandé à être libéré à partir du Palais de justice de Montréal. C'est la procureure de la Poursuite, Me Josée Veilleux, qui a annoncé que la Couronne déposait un nolle prosequi (arrêt des procédures) dans le dossier des deux derniers accusés de SharQc et le juge Marc David de la Cour Supérieure en a simplement pris acte.

C'est donc dire que Rodrigue, et peut être Gauthier, pourraient être présents à un important party qui soulignera le 39ème anniversaire de la présence des Hells Angels au Québec et qui se déroulera en fin de semaine à Sorel. Des dizaines de membres en règle des Hells Angels du Québec, d'ailleurs au Canada et de leurs clubs subalternes et sympathisants devraient participer à l'événement.

Maintenant que le sort de tous les accusés de SharQc est réglé, il ne reste que la question du local des Hells Angels de Sherbrooke à régler.

________________________________________________

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à drenaud@lapresse.ca ou à l'adresse postale de La Presse




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer