Richard Bain voulait propager sa vision d'une «province Montréal»

Richard Bain est accusé du meurtre prémédité du technicien... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Richard Bain est accusé du meurtre prémédité du technicien de scène Denis Blanchette, et de plusieurs tentatives de meurtres.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux semaines après l'attentat du Metropolis, alors qu'il était au centre de détention de Rivière-des-Prairies, Richard Henry Bain a téléphoné au poste de radio CJAD, pour transmettre la «vision que Dieu lui avait envoyée.»

Cette vision divine, c'était celle de faire de Montréal une «province», pour se séparer des séparatistes, comme l'a entendu le jury, jeudi matin, au procès de M. Bain. L'animatrice de CJAD qui s'est entretenue avec M. Bain pendant une trentaine de minutes, le 19 septembre 2012, a témoigné. Et l'enregistrement de l'entretien a été diffusé dans la salle d'audience. M. Bain parlait d'un ton calme et était très poli. Il appelait de la prison de RDP, a-t-il précisé, et il s'est clairement identifié.

«La plupart des séparatistes ne sont pas à Montréal, ils sont ailleurs. S'ils veulent se séparer du Canada, on va jouer la même game que le Canadien contre les Maple Leafs. L'île de Montréal peut battre les séparatistes», a-t-il dit. Invité à parler en français par moments, M. Bain s'est plié de bonne grâce à cette demande. Il a dit qu'il aimait les francophones, parmi lesquels il comptait de nombreux amis. 

Quand l'animatrice tentait de l'amener sur le sujet de l'attentat au Metropolis, M. Bain disait ne pas vouloir aborder ce sujet.

«Ma vision vient de Dieu. Ne regardez pas de quoi je suis accusé, regardez mon plan. Est-ce que ma vision, mon plan d'action a du sens? Regardez ça comme un brainstorming...»

M. Bain a fait la même chose quelques mois plus tard, le 9 janvier 2013, en téléphonant pour parler à Claude Poirier, qui animait alors l'émission Le vrai négociateur, à TVA. M. Bain voulait parler de sa vision d'un Montréal séparé, devenu une province, afin que tout le monde «vive en harmonie».

M. Poirier lui a fait comprendre rapidement que ce sujet ne l'intéressait pas, que ce n'était pas le genre de l'émission. «Moi, c'est du judiciaire et des affaires policières», a lancé M. Poirier, qui a tenté de savoir si M. Bain avait des regrets. 

M. Bain ne voulait pas discuter de ce sujet et a répondu de laisser le système judiciaire suivre son cours. «Je suis innocent jusqu'à ce que je vas en cour pour me défendre», a-t-il dit dans un français un peu cassé. Il est vite revenu à sa «vision, son plan d'action», qu'il voulait offrir au monde médiatique dans l'idée de le propager.

Le procès se poursuit. M. Bain, 65 ans, est accusé du meurtre prémédité du technicien de scène Denis Blanchette, de plusieurs tentatives de meurtres, et incendie criminel. Les faits se sont produits le soir du 4 septembre 2012, à l'entrée des artistes du Metropolis, alors que le Parti québécois fêtait sa victoire électorale à l'intérieur.

M. Bain, un résident de La Conception, a été arrêté tout près, dans les minutes suivantes. Il était encagoulé, portait une robe de chambre et avait deux armes chargées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer