Cinar: la Couronne demande 10 ans pour Weinberg et ses complices

Ronald Weinberg, comme ses coaccusés, est passible d'une... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Ronald Weinberg, comme ses coaccusés, est passible d'une peine de 10 ans de prison.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La fraude envers Cinar a fait beaucoup de victimes, et terni la réputation du Canada sur le marché international. La Couronne propose d'imposer la peine maximale de dix ans aux auteurs de cette machination, soit Ronald Weinberg, John Xanthoudaki, et Lino Matteo.

Dans le cas de ce dernier, qui est apparu plus tard dans le portrait, la suggestion est de « 9 à 10 ans. »

« C'était une fraude sophistiquée, planifiée, préméditée et difficile à détecter », a fait valoir Me Matthew Ferguson devant le juge Pierre Labrie, vendredi. Les facteurs aggravants sont nombreux. Au début de l'audience, Me Ferguson a commencé par lire des lettres provenant de petits investisseurs qui ont perdu de l'argent en raison de la fraude. La majorité des arguments visent M. Weinberg, cofondateur de Cinar avec sa défunte épouse, Micheline Charest.

Le procureur a notamment lu une lettre provenant de Claude Robinson, l'auteur floué par les dirigeants de Cinar, qui a fini par avoir gain de cause au terme d'un combat qui rappelle David contre Goliath.

« Au début du litige qui nous a opposé pendant 18 ans Weinberg et moi, s'il avait été moins arrogant à mon endroit et qu'il avait fait preuve de bonne foi en disant dès le départ la simple vérité, il n'en serait pas là aujourd'hui. »

«Au début du litige qui nous a opposé pendant 18 ans Weinberg et moi, s'il avait été moins arrogant à mon endroit et qu'il avait fait preuve de bonne foi en disant dès le départ la simple vérité, il n'en serait pas là aujourd'hui.»

Claude Robinson,
auteur floué par les dirigeants de Cinar

Les représentations sur la peine se poursuivent cet après-midi. Les trois sont incarcérés depuis huit jours, soit depuis qu'ils ont été déclarés coupables par le jury de fraude, faux et usage de faux. Les accusations avaient trait à des transferts de plus de 120 millions de fonds Cinar dans des compagnies bidon aux Bahamas.

Le procès a duré plus de deux ans, pendant lesquels les accusés étaient libres. M. Weinberg a d'ailleurs abondamment voyagé pendant les procédures, hors du Canada et des États-Unis.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer