Hudson: l'ancienne directrice générale condamnée à 30 mois de prison pour fraude

Louise Villandré... (PHOTO TIRÉE D'UNE VIDÉO, LA PRESSE)

Agrandir

Louise Villandré

PHOTO TIRÉE D'UNE VIDÉO, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancienne directrice générale de la Ville d'Hudson a été condamnée à 30 mois d'emprisonnement lundi matin pour avoir fraudé sa municipalité de plus d'un million de dollars entre 1996 et 2013.

Louise Villandré, 65 ans, avait plaidé coupable à une série de chefs d'accusation liées à la fraude et l'abus de confiance peu avant Noël. Les 30 mois d'emprisonnement étaient une suggestion commune de la poursuite et de la défense.

«Elle voulait en finir au plus vite», a résumé son avocat, Me Robert La Haye, joint par La Presse à sa sortie du tribunal.

La dame, qui a déclaré faillite, n'est pas en mesure de rembourser les sommes détournées. Elle a pris le chemin du pénitencier avec sa valise dès la fin de l'audience au palais de justice de Valleyfield.

Des chèques encaissés

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) avait arrêté l'ancienne directrice générale en octobre 2014. Ses enquêteurs avaient découvert que pendant 17 ans, elle aurait encaissé dans son compte personnel des chèques municipaux qui ne lui étaient pas destinés.

Mme Villandré avait pris sa retraite de la Ville en avril 2013, après y avoir occupé des postes stratégiques pendant 43 ans. Selon un portrait qu'avait fait d'elle le journal local Vaudreuil-Soulanges Gazette, elle avait été embauchée comme greffière à l'âge de 18 ans, puis avait été nommée trésorière un an plus tard. Elle avait conservé ces deux postes toute sa carrière et y avait ajouté le titre de directrice générale en 1997.

Un grand contrôle 

«Elle contrôlait à peu près tout, et j'ose croire que les conseils municipaux antérieurs ne se doutaient pas de bien des choses», avait expliqué à La Presse le maire Ed Provost après l'intervention de l'UPAC.

L'administration du maire Provost avait découvert d'autres problèmes au sein des finances de sa Ville après le départ de Mme Villandré. Des employés avaient été payés sans déduction à la source, un groupe de 300 résidents n'avaient pas payé leurs taxes foncières depuis des années et le suivi des dépenses n'avait pas été assuré selon les normes en vigueur.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer