Trafic de marijuana: un Ontarien condamné à la prison à vie aux É.-U.

La police allègue que l'organisation a distribué environ... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

La police allègue que l'organisation a distribué environ dix tonnes de marijuana de très grande qualité, valant environ 47,3 millions US sur le marché noir.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Colin Perkel
La Presse Canadienne
TORONTO

Un Ontarien a été condamné à la prison à vie, dans l'État de New York, pour son rôle dans un vaste trafic de marijuana de dizaines de millions de dollars qui a eu cours sur plusieurs années, ont indiqué les autorités américaines.

Michael «Mickey» Woods, âgé de 45 ans, de Cornwall, avait été reconnu coupable par un jury, l'été dernier, en Cour fédérale à Syracuse, à l'issue d'un procès de six jours. Il a aussi été condamné jeudi à une amende de 45 millions US.

Woods et un coaccusé, Gaetan «Gates» Dinelle, 42 ans, lui aussi de Cornwall, ont été reconnus coupables de trois complots distincts, mais liés entre eux, chacun impliquant une tonne ou plus de marijuana destinée aux États-Unis.

La drogue franchissait la frontière par bateaux, motomarines ou motoneiges sur le fleuve Saint-Laurent, jusqu'à la réserve mohawk d'Akwesasne, dans l'État de New York. Selon la poursuite, Woods trouvait la marijuana au Canada et avec son complice Dinelle, il s'occupait de la faire passer aux États-Unis, par l'entremise de courriers qui distribuaient ensuite la drogue dans tout l'est des États-Unis.

En plus de Woods et Dinelle, une douzaine de Canadiens ont été extradés vers les États-Unis relativement à cette affaire.

La preuve au procès a révélé que Woods, assisté de Dinelle, ont dirigé une vaste opération de trafic à partir de Cornwall, de 2005 à 2008, à tout le moins. La police allègue que leur organisation a distribué environ dix tonnes de marijuana de très grande qualité, valant environ 47,3 millions US sur le marché noir.

Étant donné l'importance du trafic, Woods a écopé de la peine maximale, qualifiée par la défense de «manifestement excessive». Son avocat a notamment plaidé qu'il ne s'agissait pas, après tout, de drogues dures, rappelant que le mouvement de légalisation de la marijuana prend actuellement de l'ampleur aux États-Unis.

Dinelle devrait connaître sa peine la semaine prochaine. Les deux hommes ont déjà indiqué qu'ils pourraient faire appel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer