Affaire Rehtaeh Parsons: un an de probation pour un accusé

Rehtaeh Parsons, 17 ans, s'est suicidée après avoir subi... (Photo La Presse Canadienne/Courtoisie)

Agrandir

Rehtaeh Parsons, 17 ans, s'est suicidée après avoir subi des épisodes de cyberintimidation.

Photo La Presse Canadienne/Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Halifax

Un deuxième accusé qui avait plaidé coupable dans l'affaire de pornographie juvénile dont a été victime l'adolescente Rehtaeh Parsons, à Halifax, a été condamné jeudi à un an de probation.

Le jeune homme de 20 ans devra aussi suivre une thérapie, ne pas communiquer avec la famille de la victime, s'abstenir de consommer ou posséder de l'alcool, et fournir un échantillon d'ADN, entre autres conditions.

Le prévenu, que l'on ne peut identifier parce qu'il était mineur au moment des faits, avait plaidé coupable en novembre d'avoir distribué une image pornographique de Rehtaeh Parsons, qui était alors âgée de 15 ans, à l'automne 2011.

Un autre accusé dans cette affaire a obtenu en novembre une absolution conditionnelle, après avoir plaidé coupable à l'accusation de production de matériel pornographique juvénile. Le garçon, aujourd'hui âgé de 20 ans, avait pris une photo de l'accusé et de la victime alors qu'ils avaient une relation sexuelle.

Rehtaeh Parsons est morte lorsque ses proches ont demandé à ce que l'on débranche les appareils qui la maintenaient en vie. Un peu plus tôt, en avril 2013, la jeune fille, alors âgée de 17 ans, avait commis une tentative de suicide. Selon sa famille, l'adolescente avait été victime d'intimidation constante depuis la publication de la photo, un an et demi plus tôt.

La façon dont la police et la Couronne avaient traité l'affaire a été plus tard critiquée, et elle fait maintenant l'objet d'un examen des autorités concernées.

Après enquête, la police avait estimé, de concert avec la Couronne, qu'il n'y avait pas matière suffisante à porter des accusations, même si l'on détenait la photographie incriminante. Une semaine après le décès de la jeune femme, la police a rouvert l'enquête à la suite de «nouvelles informations», et des accusations ont finalement été portées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer