Procès pour traite de personnes: le jury acquitte 3 des 5 accusés

Le procureur de la couronne, Pascal Dostaler... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Le procureur de la couronne, Pascal Dostaler

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Au 18e jour de ses délibérations, un record, le jury chargé de juger une cause de traite de personne et de proxénétisme a acquitté trois des cinq accusés et n'a pas réussi à s'entendre parfaitement sur les deux autres.

Ivgueni Mataev... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Ivgueni Mataev

Photo courtoisie

Aucun des accusés n'a été trouvé coupable de traite de personne, l'accusation maîtresse de la Couronne. Le jury n'est même pas parvenu à s'entendre à ce sujet pour le chef allégué, Ivgueni Mataev. L'homme de 41 ans a toutefois été déclaré coupable de proxénétisme ainsi que de voies de fait graves envers un homme qu'il a poignardé.

Le jury n'est pas parvenu à s'entendre non plus sur l'accusation de séquestration qui pesait contre Vasilos Mastoropoulos, et il a été acquitté du chef d'extorsion. Les trois autres accusés, Harold Benoît, Danial Youssefi et Benjamin Oswald Hernandez, ont été complètement blanchis.

Il est à noter qu'il s'agissait d'un second procès. Le premier, qui s'est tenu en 2013, s'était conclu par un avortement de procès après un mois et demi, pour une question de divulgation de preuve.

Le second procès a commencé en septembre dernier.

Sandy

Le principal témoin à charge dans cette affaire, Sandy (nom fictif), est une Américaine aujourd'hui âgée de 27 ans. Sandy a fait la connaissance de Mataev en septembre 2010. Il lui avait dit qu'elle allait être sa «gangsta bitch.» Elle soutenait qu'il l'avait contrôlée complètement par la suite, la forçant à se prostituer et à voler. Les autres accusés gravitaient autour de Mataev. Les accusations visaient une période de six mois, entre septembre 2010 et le printemps 2011.

Sandy avait longuement été interrogée par la défense lors du premier procès. Pour le deuxième, elle est restée 15 jours dans le box des témoins, soit deux jours et demi en interrogatoire de la Couronne, et le reste en contre-interrogatoire.

Les jurés ont posé près d'une vingtaine de questions au juge pendant leurs longues délibérations. La notion d'exploitation faisait partie des questions. Au milieu de la semaine, ils ont fait savoir qu'ils ne s'entendaient pas sur tous les verdicts. Après un ultime effort, ils ont rendu les verdicts cités plus haut.

Vase clos

Les jurés vivaient en vase clos depuis 18 jours. Ils ne voyaient pas leur famille, leurs amis, leurs animaux de compagnie, n'avaient pas accès à l'internet, au téléphone ou à la télé. La fin de semaine dernière, ils ont demandé au juge s'il pouvait aller à la messe, dimanche. Cela leur a été accordé.

Procureurs

Ce sont les procureurs de la Couronne Pascal Dostaler et Martin Chalifour qui ont piloté ce procès. Me Dostaler a indiqué qu'il tenait compte de la décision du jury et que le ministère public se pencherait sur la suite à donner aux accusations qui ont fait l'objet d'un avortement de procès. Le dossier est reporté au 7 janvier.

Du côté de la défense, on retrouvait Me Richard Tawil pour M. Mataev, Me Jean-Marc Tremblay pour M. Mastoropoulos, Me Serge Lamontagne pour Benoît, Me Roucha Oshriyeh pour M. Youssefi et Me James Dawson pour M. Hernandez. Ce dernier avait les larmes aux yeux, après son acquittement, hier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer