Procès Mataev: le jury ne s'entend pas après 15 jours

Evgueni Mataev fait face à des accusations qui... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

Evgueni Mataev fait face à des accusations qui ont trait principalement à du proxénétisme et à la traite de personne.

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Après 15 jours de délibérations, et une messe, le jury chargé de juger une cause de traite de personnes impliquant cinq accusés n'est toujours pas parvenu à un verdict. En fin de journée, hier, le jury a annoncé qu'il ne s'entendait pas.

Ce n'est pas étonnant. L'exaspération était visible chez certains membres du jury quand ils sont revenus devant le juge Jean-François Buffoni, hier après-midi, pour avoir réponse à deux questions qu'ils avaient posées en matinée. Des questions, ils en ont posé plus de 30 depuis le début du procès, dont près d'une quinzaine depuis le début de leurs délibérations.

Hier, ils voulaient avoir plus d'explications sur l'exploitation d'une personne par une autre. Après que le juge a répondu à leurs questions, ils sont retournés à leurs délibérations, l'air peu convaincus. Un peu avant 16 h 30, ils ont envoyé une note au juge pour demander ce qu'ils devaient faire, car ils ne s'entendent pas. Le juge doit leur répondre ce matin.

Troisième procès ?

Habituellement, les juges incitent les jurés à poursuivre leurs délibérations pour essayer d'arriver à un verdict. S'ils n'y arrivent pas, il y a avortement du procès, et il faut en faire un autre. Dans le cas présent, il s'agirait du troisième procès devant jury, puisque le premier, qui s'est tenu à l'hiver 2013, a avorté après un mois et demi pour une affaire de divulgation de preuve.

L'attente est longue aussi pour les accusés, Evgueni Mataev, 41 ans, désigné comme le chef, Vasilios Mastoropoulos, Harold Benoît, Danial Youssefi et Benjamin Oswald Hernandez. Les trois premiers sont détenus, tandis que les deux derniers sont en liberté. Ils ne font pas tous face aux mêmes accusations. Les accusations ont trait principalement à du proxénétisme et à la traite de personne. Mataev fait aussi face à une accusation de voie de fait grave.

S'ils poursuivent leurs délibérations aujourd'hui, les huit hommes et quatre femmes entreprendront une 16e journée, sans contact avec leur famille, leurs amis, leurs animaux de compagnie, sans internet, sans accès libre à un téléphone ou à la télé. La fin de semaine dernière, ils ont demandé au juge s'ils pouvaient assister à la messe, dimanche. Cela leur a été accordé.

Sandy

La victime alléguée dans cette affaire est Sandy (prénom fictif), Américaine âgée de 27 ans maintenant. Sandy a fait la connaissance de Mataev en septembre 2010. Il lui aurait dit qu'elle allait être sa gangsta bitch. Elle soutient qu'il l'a contrôlée complètement par la suite, la forçant à se prostituer, à voler et à répondre à ses désirs.

Sandy avait longuement été contre-interrogée lors du premier procès. Pour le deuxième, elle est restée 15 jours dans le box des témoins, soit deux jours et demi en interrogatoire de la Couronne et le reste en contre-interrogatoire. La crédibilité de Sandy est évidemment au coeur de la cause.

Procureurs

Ce sont les procureurs de la Couronne Pascal Dostaler et Martin Chalifour qui ont piloté ce procès. Du côté de la défense, on retrouve Me Richard Tawil (Mataev), Me Jean-Marc Tremblay (Mastoropoulos), Me Serge Lamontagne (Benoît), Me Roucha Oshriyeh (Youssefi) et Me James Dawson (Hernandez).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer