«Exécution» de Raymond Ellis: une peine plus lourde, réclame la Couronne

Raymond Ellis a été battu et poignardé à... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

Raymond Ellis a été battu et poignardé à mort le 23 octobre 2005.

Photo: Archives La Presse

Parce qu'ils n'ont pas reconnu leur culpabilité dans la mort brutale et gratuite de Raymond Ellis, Evens Belleville et John Tshiamala méritent une peine un peu plus lourde que celles imposées à leurs complices.

C'est ce que le procureur de la Couronne David Simon a fait valoir, ce matin, en demandant au juge Michael Stober d'imposer 12 ans de prison à Tshiamala, et 11 ans, à Belleville. Leurs complices, Ernso Théobrun, et McLee Charles, ont écopé entre neuf et dix ans, l'automne dernier, après avoir plaidé coupable à une accusation d'homicide involontaire. Belleville et Tshiamala avaient refusé de régler leur cause à ce moment. Ils ont préféré aller à procès. L'exercice, qui a commencé en octobre avec une série de requêtes, s'est conclu la fin de semaine dernière. Le jury les a déclarés coupables tous les deux, après moins de deux jours de délibérations. 

Raymond Ellis, 25 ans, a été attaqué sauvagement par 15 à 30 hommes, alors qu'il se trouvait au bar Aria, la nuit du 23 octobre 2005. Les agresseurs, membres du gang des Crips, l'avaient pris pour un membre d'un gang adverse, alors qu'il était en fait un honnête travailleur qui ne faisait partie d'aucun gang. Il a été roué de coups de pied, de poing et de coups de couteau.

Au final, cinq hommes et un jeune d'âge mineur s'étaient retrouvés à procès. Le jeune a été jugé devant jury au Tribunal de la jeunesse, et a été déclaré coupable de meurtre non prémédité, en 2008.  Il avait avoué à une intervenante qu'il avait «jacké» la victime. Il voulait dire qu'il l'avait poignardé.

Un autre accusé dont la participation semblait moindre a été libéré des accusations.  

Les avocats de la défense Kimon Kling (Belleville) et Daniel Couture (Tshiamala), feront les représentations sur la peine, cet après-midi. 

Situation des accusés 

Evens Belleville est résident permanent au Canada. En raison de sa condamnation, il perdra son statut et sera renvoyé en Haïti, après avoir purgé sa peine. La détention préventive comptée en double sera retranchée des peines proposées par Me Simon. Dans le cas de M. Belleville, la détention préventive équivaut à dix ans et quatre mois.

John Tshiamala est originaire du Congo. Il a obtenu le statut de réfugié politique au Canada. Il fait face à une mesure d'expulsion, mais vu la situation politique au Congo, son cas sera examiné quand il aura fini de purger sa peine. Thsiamala était membre du gang des Crips. «Je serai toujours un gangster», avait-il dit lors d'une conversation captée par de l'écoute électronique, en 2006.

Les parents de Raymond Ellis... (Photo Olivier Jean, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Les parents de Raymond Ellis

Photo Olivier Jean, La Presse

Les parents de la victime

Les parents de Raymond Ellis étaient présents à la Cour ce matin. Pour eux, c'est la fin d'un processus judiciaire extrêmement long et pénible qui s'achève. Ils avouent qu'ils avaient même perdu confiance dans la justice à un certain moment. On se rappellera que le premier procès avait fini abruptement par un arrêt des procédures en janvier 2009. Les accusés s'étaient retrouvés libres comme l'air. Deux ans plus tard, la Couronne avait ordonné un nouveau procès.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer