Tuerie du Flawnego: l'ADN des accusés au coeur d'un témoignage

Selon la preuve, deux hommes sont entrés à... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon la preuve, deux hommes sont entrés à l'intérieur du magasin Flawnego et ont tiré une soixantaine de coups de feu en direction de ceux qui s'y trouvaient.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les explications sont complexes et la démonstration laborieuse. Mais elles pointent vers un simple constat: de l'ADN compatible avec celui des trois accusés a été trouvé sur des objets liés à la tuerie du Flawnego.

C'est ce qui se dégage du témoignage que Dominique Roberge, spécialiste en biologie judiciaire, livre ces jours-ci au procès des trois hommes accusés de la tuerie du Flawnego, survenue le 18 mars 2010, à Montréal. Kyle Gabriel, 29 ans, Terrell Lloyd Smith, 31 ans, et Carey Isaac Regis, 45 ans, sont accusés de deux meurtres et de deux tentatives de meurtre.

Selon la preuve, ce jour-là, en début d'après-midi, deux hommes, vraisemblablement déguisés, sont entrés dans cette boutique de vêtements de la rue Saint-Jacques et ont tiré une soixantaine de coups de feu en direction de ceux qui s'y trouvaient. Deux hommes sont morts (Jean Gaston et Peter Christopoulos) et deux autres ont été laissés pour morts (Frédéric Louis et Alain Gagnon, un électricien qui effectuait des travaux dans la boutique). Ces deux derniers ont été gravement blessés, mais ont survécu.

Les tueurs auraient abandonné leurs armes dans la boutique avant de fuir. À l'extérieur, un peu plus loin, ils se seraient débarrassés de leurs déguisements, soit des perruques de type africain, de leurs manteaux et de leurs pantalons sport. Tout cela a bien sûr été saisi par la police aux fins d'expertise.

Les armes, au nombre de quatre, ainsi que les perruques et vêtements ont été soumis à des analyses d'ADN. Certains éléments n'ont rien révélé de concluant. C'est le cas notamment d'une tuque et des deux perruques. En revanche, d'autres objets se sont montrés plus bavards.

Des armes et des manteaux

Ainsi, la biologiste affirme avoir trouvé une combinaison de profils génétiques sur la mitraillette Cobray, dont l'une est compatible avec l'accusé Carey Isaac Regis. Un autre profil sur la même arme s'apparente à celui de Thi Huyn Le Trang, amie de coeur de Terrell Smith.

L'ADN de Terrell Smith ferait partie de la combinaison de profils trouvés sur le pistolet Ruger. Les autres profils sur la même arme seraient ceux de Thi Juyn Le Trang et de Jean Gaston. Dans le cas de ce dernier, il s'agit de sang. Ce qui donne à penser que le sang de M. Gaston a giclé sur l'arme.

En ce qui concerne le troisième accusé, Kyle Gabriel, son ADN était présent sur le col d'un manteau trouvé près des lieux. Sur ce manteau, il y avait aussi du sang de la victime Jean Gaston.

Sur l'autre manteau saisi, il y avait du sang des deux défunts, soit Jean Gaston et Peter Christopoulos, mais aucun autre profil n'a pu être validé.

La biologiste poursuit son témoignage lundi, dans ce procès qui se révèle beaucoup plus long que prévu. Commencé en septembre, il devait finir avant les Fêtes.

Les accusés

Kyle Gabriel, 29 ans: soupçonné d'être un des tireurs.

Terrell Lloyd Smith, 31 ans: soupçonné d'être un des tireurs.

Carey Isaac Regis, 45 ans: soupçonné d'avoir conduit le véhicule dans lequel les accusés ont pris la fuite.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer